Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Sénégal: Des conférences réligieuses pour sensibiliser les femmes sur le cancer de l'utérus

sene colLa deuxième édition de la journée de sensibilisation et d’information sur les maladies dévastatrices comme le cancer du col de l’utérus s’est tenu ce dimanche au quartier populaire de Niary Tally. C’était en marge d’une conférence religieuse. Ainsi, après le cancer du sein, celui du col de l’utérus est la deuxième forme de maladie la plus fréquente chez les femmes. Pourtant, il est possible de l’éviter, si l’on en croit le Dr Mariama Bâ, gynécologue obstétricienne. ‘Au Sénégal, parmi les cancers spécifiquement féminins, celui du col de l’utérus touche deux femmes sur mille, après le cancer. Cependant, les deux types de cancers peuvent être décelés très tôt grâce à un dépistage régulier’, révèle Mariama Bâ qui précise que le cancer du col de l’utérus est un problème de santé publique très préoccupant au Sénégal, mais méconnu du grand public. Selon la gynécologue, cette maladie se manifeste par le développement d’une masse au niveau du col de l’utérus : ‘Si cette masse n’est pas arrêtée à temps, son évolution peut s’avérer dangereuse dans la mesure où elle peut envoyer des cellules cancérigènes à distance de l’organe de départ qui est le col et ces cellules peuvent aller jusqu’au niveau des poumons, du foie. C’est ce qu’on appelle le stade métastase.’

Lire la suite : www.piccmi.com

Sénégal : Cancer de la peau chez les femmes , le Sénégal enregistre plus de 100 décès par an dus à la dépigmentation

senegal-cancer-peauLe cancer de la peau dû à la dépigmentation fait des ravages au Sénégal. L’association des dermatologues qui était en conclave à Thiès, sonne l’alerte. Selon une étude effectuée par ces dermatologues, «plus de 100 décès sont enregistrés chaque année chez les femmes au Sénégal ».De l’avis du Pr Mame Thierno Dieng de l’hôpital Le Dantec qui s’est prononcé sur les ondes de la Rfm, « depuis l’éruption de la dépigmentation artificielle, le fléau a explosé au Sénégal. Les femmes mettent en péril leur vie pour le simple fait d’être belle ».


Lire la suite : www.seneweb.com

Sénégal : Plaidoyer pour une alliance mondiale contre les principaux tueurs du monde

Dr Kass cancerologueUne alliance internationale contre les « principaux tueurs » du monde. Le plaidoyer se mène à New York au siège de l’ONJU. Un sommet qui cherche à établir une convention pour aider à lutter contre les maladies non transmissibles. Elles sont aujourd’hui les principales causes de décès à travers le monde. Une Assemblée générale principale de l’ONU sur les maladies non transmissibles s’est tenue mardi 20 septembre au siège de l’organisation à New York. Le sommet cherche à établir une convention pour aider à lutter contre les maladies non transmissibles qui sont aujourd’hui les principales causes de décès à travers le monde et qui sont en augmentation. Selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé, les maladies non transmissibles encore appelées MNT sont les principales causes de décès aujourd'hui et sont en augmentation.Les maladies chroniques non transmissibles sont " une catastrophe imminente " selon l’OMS. Elles se propagent de plus en plus rapidement et sur une échelle de plus en plus étendue, devenant ainsi les "principaux tueurs " du monde. Le diabète, les maladies cardiaques et les cancers causent aujourd’hui davantage de décès dans le monde que l’ensemble de toutes les autres maladies combinées.

Lire la suite : www.wadr.org.

Dr Kassé, cancerologue

Sénégal : Sensibilisation sur le cancer du col de l'utérus

Les femmes de Podor prêtes à vaincre le mal - Ayant longtemps cru que le fléau ne les concernait pas, les femmes du département de Podor ont, maintenant, conscience que le cancer du col de l'utérus est bien présent en leur milieu grâce à des informations reçues lors d'un 'Ndogou' dit de sensibilisation. Aussi, se disent-elles prêtes à tout faire pour vaincre le mal.

Selon les spécialistes de la santé au Sénégal, plus de cinq cent mille femmes qui se trouvent dans le monde souffriraient du cancer du col de l'utérus. Ce qui représente 80 % à 85 % des cancers dans les pays sous-développés. Toutefois, la mortalité spécifique est aujourd'hui située à 50 %. Et c'est pour prendre les devants et toutes précautions utiles que les femmes de la commune de N'Dioum ont jugé nécessaire d'échanger sur les stratégies de dépistage du cancer. Réunies en association créée, il y a une dizaine d'années, ces femmes ont, pendant cinq heures d'horloge, débattu sur l'aspect sensibilisation à mener pour freiner cette pathologie qui prend des proportions assez inquiétantes dans le monde, mais aussi au Sénégal et, plus particulièrement, dans leur département.

Lire la suite :afriquejet.com

Cancer du col de l’uterus au Sénégal

Au Sénégal, 75% des femmes se font consulter à un stade très tardif pour le cancer du col de l’utérus. Aussi, ont-elles peu de chance de guérir. C’est ce qu’a déclaré, samedi, à Dakar, le Dr Abdou Aziz Kébé de l’Institut du cancer de l’Université de Dakar et membre de l’Association prévenir de lutte contre le cancer. «Chaque année, il y a près de 13 millions de nouveaux cas de cancer parmi lesquels il y a près de 7 millions de décès», souligne-t-il.

Le cancer du col de l’utérus est une malade qui tue beaucoup de personnes en Afrique. Et au Sénégal, 75% des femmes vont se faire consulter à un stade très tardif. De ce fait, elles ont peu de chance de guérir. C’est ce qu’a déclaré, samedi, lors d’une conférence de presse qu’il animait, en marge d’une rencontre sur le cancer du col de l’utérus, initiée par l’Association prévenir de lutte contre le cancer dont il est membre, le docteur Abdou Aziz Kébé de l’Institut du cancer de l’Université de Dakar.

Lire la suite : Seninfosante.com