Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Ligue Sénégalaise de Lutte Contre le Cancer (LISCA)

Pays : Sénégal LISCAPrésidente : Dr Fatma GUENOUNE
Adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet :
Facebook : Ligue-sénégalaise-contre-le-cancer

Les femmes de la Caisse de sécurité sociale offrent 4 millions FCFA à la LISCA

Dakar — L'Amicale des femmes de la Caisse de sécurité sociale remettra un don de quatre millions de francs CFA à la Ligue sénégalaise contre le cancer (LISCA), afin de l'aider dans la prise en charge des malades de cancers gynécologiques, a annoncé sa présidente Afsatou Diallo Gassama.

Lire la suite : Allafrica.com

Telethon contre le cancer - Plus de 127 millions de f cfa récoltés

Le téléthon initié par l'Assemblée nationale et organisé vendredi dernier par la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer (Lisca), a produit les effets escomptés. Plus de 127 millions de F Cfa ont été collectés, le niveau de sensibilisation élevé.

La soirée téléthon a été rehaussée par la présence du président de l'Assemblée nationale, Mamadou Seck, de l'épouse du chef de l'Etat, Mme Viviane Wade, du ministre de la Santé et de la Prévention, Modou Diagne Fada, du ministre de la Famille et de la Solidarité nationale, Thérèse Coumba Diop, de la présidente de Lisca, Monique James Thiaw.

« Nous devons être solidaires des personnes atteintes de cancer, le traitement est coûteux. Je remercie l'épouse du chef de l'Etat, pour ses actions pour la santé et l'éducation. Nous devons aussi insister sur la prévention », a dit le président de l'Assemblée nationale, Mamadou Seck.

Les Sénégalais ont appelé de partout pour donner leur contribution à la prise en charge des malades. L'Assemblée nationale a donné 5 millions de F Cfa en plus de la collecte de fonds qui sera organisée à l'interne.

La contribution de l'hémicycle devrait ainsi tourner autour de 12 millions. Le Sénat, par la voix de Ngoné Ndoye, a remis 10 millions de F Cfa, le président duConseil économique et social, Ousmane Masseck Ndiaye, 3 millions de F Cfa.

La contribution de la coopération Turque s'élève à 40 millions de F Cfa pour l'achat de 3 mammographies, celle des Mines du fer du Sénégal (Miferso) à 1 million, le Crédit Mutuel du Sénégal a aussi remis le même montant, Sanofi Aventis, 5 millions de F Cfa à Lisca, l'Agence nationale de l'aviation civile (Anacs), 1 million de F Cfa, l'épouse de l'ambassadeur de la Chine au Sénégal, 1 million plus des équipements.

Lire la suite : Allafrica.com

Interview du PR. MAMADOU DIOP

PR. Mamadou Diop, Directeur de  L'Institut du Cancer : « Pour un vrai centre anti-cancer, il faut un registre pour les tumeurs, former le personnel et des équipements adaptés » Vingt mille ! C'est le nombre estimé de nouveaux cas de cancer au Sénégal. Un pays où le cancer constitue la deuxième cause de décès chez l'adulte après les maladies cardio-vasculaires. Dans l'entretien qui suit, le Pr. Mamadou Diop, directeur de l'Institut du cancer de l'Hôpital Le Dantec et Point focal « lutte contre le cancer » au ministère de la Santé, fait la situation de cette pathologie au Sénégal et revient sur les progrès et limites de la prise en charge.

Quelle est l'incidence du cancer au Sénégal ?

Chaque année, on estime à 20.000 le nombre de nouveaux cas de cancer au Sénégal, avec un taux de mortalité estimé entre 70 et 80%. Rien qu'à l'Institut du cancer de l'Hôpital Le Dantec, on enregistre à peu près 1000 cas de cancer par an. Ces chiffres sont inquiétants. C'est comme si rien n'a été fait. Il y a inquiétude dans la mesure où les moyens sont insuffisants par rapport à la prévention. Par contre, des progrès ont été notés avec le cancer du col de l'utérus, la gratuité de la vaccination contre l'hépatite B qui cause le cancer du foie. Depuis 2001, ce vaccin est gratuit et il est inclus dans le Programme élargi de vaccination (Pev). Il faut vraiment des mesures ponctuelles pour lutter contre le cancer. Dans ce cadre, il y a de bonnes intentions pour 2010, notamment la volonté de mettre en place au Sénégal un registre pour les tumeurs. Cela permet d'évaluer tout programme de lutte contre le cancer et de rechercher les facteurs de risque. C'est avec un logiciel qui va permettre d'enregistrer toutes les données sanitaires. Il y a aussi la formation des pathologistes, radiothérapeutes, oncologues. Il y a également les équipements de radio et les autres modalités thérapeutiques à mettre en place pour un vrai centre anti-cancer. Il faut aussi subventionner les médicaments anti-cancéreux. Car, une chimiothérapie peut coûter entre 500.000 F Cfa et un million. Mais, il y a des cancers -comme celui du col de l'utérus- qu'on peut prévenir. A ce niveau, on peut s'appuyer sur les districts sanitaires, former les sages-femmes, infirmiers chefs de poste.

Pour le cancer du sein, il faut continuer la promotion de l'auto examen du sein et décentraliser en passant le relais aux médecins-chefs de district. Il faut juste une formation de mise à niveau en s'appuyant sur les agents de santé communautaire et un programme d'équipements en mammographie et un petit laboratoire, lesquels peuvent aider à faire le diagnostic du cancer sur place et à mettre en place un programme de prise en charge des malades dépistés.

Quels sont les cancers les plus fréquents au Sénégal ?

Le cancer est la deuxième cause de mortalité chez l'adulte après les maladies cardiovasculaires qui enregistrent un taux de mortalité de 426 pour 1000. Ensuite suit le cancer avec 146 pour 1000, puis viennent les traumatismes avec 125 pour mille. Alors que l'incidence des cancers est en train de baisser aux Etats-Unis, au Canada, en Australie..., elle augmente en Afrique à cause de la tendance à la sédentarité, à la consommation de l'alcool, du tabac, à la prédominance d'une alimentation riche en protéines et pauvre en végétaux.

Sur les cancers les plus fréquents, nous avons en tête le cancer du foie avec une importante prédominance masculine. Et, généralement tous les cas de cancer du foie meurent. Voilà un cancer redoutable !

Le deuxième cancer est celui du col de l'utérus. Le troisième est le cancer du sein qui est suivi du cancer de l'estomac. Si le cancer du foie est prédominant, c'est parce que le Sénégal est une zone endémique de l'Hépatite B avec plus de 80% de la population qui sont porteurs du virus. Et parmi les porteurs chroniques, à peu près 30% vont faire un cancer du foie. Il y a aussi l'aflatoxine (champignons qui prolifèrent sur des graines (arachide, par exemple) conservées en atmosphère chaude et humide et qui ont un pouvoir cancérigène élevé). Ainsi, la consommation d'huile et de pâte d'arachide non traitées peut entraîner le cancer. L'Hépatite B va infecter le foie qui va développer un cancer. Il faut donc revoir les conditions de stockage de l'arachide, car il s'agit d'un problème d'hygiène générale.

Pour le cancer du col de l'utérus, il est causé par le papillomavirus humain. Une étude a montré qu'au Sénégal 18% des femmes sont porteuses de ce virus. Presque toutes les femmes sont infectées lors des premiers rapports sexuels, mais très peu d'entre elles garde le virus.

Lire la suite : Allafrica.com

Manifestation organisée par La Ligue sénégalaise contre le cancer (LISCA)

L’incidence du cancer au Sénégal, selon la même source, se situerait d’ailleurs entre 12.000 et 20.000 nouveaux cas par an. Dans notre pays, la célébration de la Journée mondiale sera marquée par une marche de sensibilisation sur cette maladie, dimanche. L’objectif de cette manifestation organisée par La Ligue sénégalaise contre le cancer (Lisca) est de sensibiliser les populations et les pouvoirs publics sur cette « nouvelle épidémie » Notons que le thème de la Journée mondiale de cette année "Prévenir le cancer, c’est aussi possible" souligne le fait que, jusqu’à 40%, des cancers sont considérés comme évitables par la mise en pratique des connaissances actuellement disponibles.

Lire la suite : Sudonline.sn