Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Sénégal: Contribution du ministère de la Santé dans la prise en charge du cancer du sein

eva-marie-coll-s0179La Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer (Lisca) peut se réjouir. Le ministre de la Santé et de l'action sociale (Msas) a décidé de mettre dans le prochain budget, un milliard de francs Cfa pour la prise en charge de cette maladie coûteuse et souvent mortelle. En plus, la Lisca, dans le cadre d'octobre rose, a fixé le prix de la mammographie à 15 000 francs, pour permettre aux femmes de pouvoir se dépister durant tout le mois d'octobre.

Le cancer du sein est en forte augmentation au Sénégal. Chaque année, notre pays enregistre 869 nouveaux cas et 440 décès. Une catastrophe, selon la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer (Lisca) qui faisait face à la presse hier. Les spécialistes pensent même que d'ici les prochaines années, le cancer du sein deviendra le premier cancer chez la femme, puisque celui du col de l'utérus, actuellement premier, est en baisse. Donc il faut agir.

Pour ces spécialistes, le seul moyen de lutte pour le moment reste la prévention. C'est pourquoi le ministère de la Santé et de l'action sociale a décidé cette année, de mettre dans le budget qui sera voté très prochainement à l'Assemblée nationale, une enveloppe d'un milliard pour la prise en charge de cette maladie. Cette manne financière sera utilisée pour le traitement de la maladie, notamment l'achat des médicaments souvent en rupture dans les structures pharmaceutiques. L'autre partie de cet argent va servir à payer deux bourses pour des spécialistes en chimiothérapie et en chirurgie. Le ministre de la Santé ne compte pas s'arrêter là, selon la représentante de Awa Marie Coll Seck qui a annoncé cette nouvelle. Le département travaille en effet à rendre effective l'installation de mammographie dans les structures hospitalières publiques. Ceci va permettre aux femmes de pouvoir faire la mammographie à moindre coût et ainsi prévenir ou dépister le cancer du sein précocement.

Lire la suite