Congo : Journée mondiale du cancer : le taux de guérison est faible

Les cancers du sein et de l'utérus sont les plus récurrents au Congo, a fait savoir, le 4 février à Brazzaville, l'Union congolaise contre le cancer (UCC) à l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer.
Les récentes statistiques datant de 2010 émanent du registre des cancers de Brazzaville. Elles signalent que les cancers du sein sont en première place avec 83 cas sur 571malades et ceux du col de l'utérus prennent la deuxième avec 46 cas sur cet effectif total.

Selon les cancérologues congolais, très souvent les victimes de ces cancers sont des jeunes femmes. Elles arrivent trop souvent au Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville à un stade avancé de la maladie. Dans ces cas, les malades subissent des traitements soient symptomatiques ou palliatifs.
Les facteurs alarmants du cancer du col de l'utérus sont entre autres la multiplicité des partenaires sexuels, les infections génitales chroniques mal traitées. Pour le cancer du sein, on signalerait par exemple l'absence d'allaitement, l'alimentation riche en graisses et l'hérédité. 

Lire la suite : brazzaville-adiac.com 

CONGO: Plus d'un milliers d'enfants se joignent à la lutte contre le cancer

 Ils ont été 1800 des élèves pour la plupart à signer une pétition initiée par la Fondation Calissa Ikama adressée au Gouvernement de la République par le biais du Ministre de la Santé et de la population. Elle a fait le tour d’une trentaine d’écoles de Brazzaville!

En voici le texte intégral :

Nous élèves, responsables d’établissements scolaires, de Brazzaville.

Entendu que,

-          Le cancer, hier considéré comme une maladie des occidentaux et des riches n’épargne pas les enfants congolais ;

-          Le cancer chez l’enfant, sous d’autres cieux, se guérit à 90 % et qu’au Congo dans 99 % des cas, les enfants atteints de Cancer en meurent faute de dépistage précoce et surtout en raison du coût élevé des traitements ;

Acceptons volontiers de signer cette pétition initiée par la Fondation Calissa IKAMA, pour que le Gouvernement Congolais mette en place un programme national de lutte contre le Cancer, à l’image des programmes nationaux de lutte contre le Paludisme, le Sida et la Tuberculose, afin que tous les enfants atteints du cancer bénéficient d’un diagnostic précoce et d’une prise en charge totale.

Résultat d’une campagne de sensibilisation sur la prévention du cancer organisée pendant un mois, du 1er au 31 janvier 2012, la pétition vient d’être remise au Ministre de la santé et de la population. C’était le samedi 4 février 2012, à l’occasion de la Journée Mondiale contre le cancer.

Une élève entrain de signer la pétition Un groupe d'élèves signant la pétition Un enseignant donne l'exemple 
De gauche à droite: (Photo 1) Une élève signe volontiers la pétition, (Photo 2) dans une autre classe la signature de la pétition suscite beaucoup d'interêt chez les élèves et (Photo 3) un enseignant donne l'exemple.   

 
VERS UNE MISE EN PLACE D’UN PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LES MNT
 
  P040212 10.49

C’est du moins ce qui ressort de l’échange qu’a eu le Ministre de la Santé et de la Population et le Secrétaire Général de la Fondation Calissa IKAMA à la réception de la pétition. Il a affirmé que le gouvernement y travaillait sérieusement et que ce plan d’action concernerait toutes les Maladies Non Transmissibles, le cancer y compris.

 Nous ne pouvons que saluer cette avancée qui, le croyons-nous, sera un grand coup de pouce à la lutte.

Congo : l’Union Congolaise contre le Cancer souhaite la gratuite des soins

Andr Obami-ItouLe président du Conseil d'administration de cette structure a préconisé ce moyen de lutte, le 4 février 2012, à Brazzaville

Le président du Conseil d'administration de l'Union Congolaise contre le Cancer (UCC), André Obami-Itou, a plaidé le 4 février 2012, à Brazzaville, pour la gratuité des soins aux malades atteints de cancer au Congo, en vue de vaincre cette maladie. Ce plaidoyer de l'UCC a été fait à l'occasion de la journée mondiale contre le cancer, avec des sollicitations auprès du gouvernement congolais portant, entre autres, sur la réduction du coût élevé des traitements anticancéreux, la subvention régulière des hôpitaux en médicaments spécialisés, l'instauration d'un forfait abordable pour les familles des malades, l'appui à une politique rigoureuse d'action de prévention en ollaboration avec les ONG de lutte contre le cancer. En outre, l'UCC a sollicité du ministre de la santé et de la population, un appui au fonctionnement de l'unité de radiothérapie, en misant sur les accords de partenariat médical avec Cuba et le Maroc. «Les ONG de lutte avec leurs moyens limités ont depuis longtemps amorcé des actions envers les malades, à travers la distribution des vivres aux malades hospitalisés au CHU de Brazzaville par l'Association Congolaise Accompagner (ACA), la mise à disposition des médicaments anticancéreux et autres supports aux malades par l'UCC», a fait observer le président Obami-Itou....

Lire la suite : journaldebrazza.com 

Congo : les ONG de Brazzaville formées à la lutte contre le tabagisme

L'Organisation internationale de développement et d'action humanitaire a lancé depuis le 29 novembre, au Centre spirituel de Vouela, dans le 1erarrondissement, une formation pour faire connaître aux ONG les différents instruments internationaux relatifs au contrôle du tabac 

L'objectif principal de cet atelier, qui s'étale sur quatre jours, est d'identifier et d'appuyer une nouvelle génération de leaders d'opinion pour mener la lutte antitabac, de les équiper en savoir-faire et en ressources pour une action efficace au niveau national et/ou régional. 

Selon la représentante du ministère de la Santé, la lutte contre le tabagisme est un enjeu majeur de santé publique. Bien qu'il soit connu comme l'un des grands fléaux dans le monde, le tabac continue malheureusement à faire des victimes, et le pays tarde à mettre en œuvre les stratégies recommandées par la Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte antitabac. 

D'après les estimations, près de 5 millions de personnes meurent chaque année des effets du tabac. Si rien n'est fait, le tabagisme deviendra bientôt la première cause de décès et de maladies à travers le monde, tuant plus que la tuberculose, la pneumonie, les maladies diarrhéiques et les complications néonatales combinées.  

Les pays africains connaissent une forte augmentation de la prévalence du tabagisme parmi les pays en développement. La consommation augmente de 4,3% par an. Selon l'OMS, l'industrie du tabac prévoit une augmentation de 16% de la consommation de ses produits en Afrique pour compenser sa réduction de 8% en Europe. L'inexistence ou la faible législation en matière de contrôle de tabac et l'ignorance des décideurs sur les effets néfastes sanitaires, socioéconomiques et environnementaux sont les causes majeur

Congo : Des professionnels de santé se forment à la chirurgie gynécologique de niveau 2

3542615-5104311«Durant ce séminaire les apprenants vont approfondir leurs connaissances sur les manières de dépister, diagnostiquer et traiter les cancers gynécologiques, dont les plus fréquents au   Congo sont les cancers mammaires, du col de l’utérus et de l’ovaire», a indiqué le Pr. Hervé Iloki. 

D’après les études, les pays occidentaux, tels les Etats-Unis d’Amérique et le Japon sont les plus concernés par ces pathologies.

Lire la suite : congo-site.com