Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

CONGO: CAMPAGNE DE LOBBYNG EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE CANCER.

photo 85 jours
85 JOURS POUR S’UNIR CONTRE LE CANCER 

CAMPAGNE DE LOBBYNG EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE CANCER AU CONGO.

 C’est ce dimanche 11 novembre, date du 5ème anniversaire de la mort de Calissa Ikama et celle du 4ème anniversaire de sa création que  la Fondation Calissa Ikama a choisi de lancer ce qui va désormais être la première grande campagne de lobbying en faveur de la lutte contre le cancer au Congo.

Intitulée « 85 JOURS POUR S’UNIR CONTRE LE CANCER : JOURNEES D’INFORMATION ET APPEL A LA SOLIDARITE »,  cette campagne  d’information, qui sera menée tant à Brazzaville qu’à Pointe-Noire, a pour but le réveil la conscience des décideurs sur les réalités de la lutte contre le cancer au Congo et la présentation des solutions proposées sous forme de projets dans le programme «SOS CANCERS CHEZ L’ENFANT AU CONGO»

Ce sera aussi l’occasion de faire un appel à la solidarité dont le but est de lever les fonds qui serviront principalement à financer l’un des projets du programme : « La Pédagothèque du Cancer de Brazzaville : centre de documentation et d’information sur le cancer ».

L’objectif de ce projet est la réduction du déficit de communication sur le cancer avec comme principal résultat : l’amélioration de la précocité du diagnostic.

Près de cinq cent (500) décideurs sont ciblés par cette action. Il s’agit notamment des décideurs politiques (à commencer par le Chef de l’Etat et son cabinet), les membres du gouvernement, les principaux responsables des institutions de la République, les promoteurs des médias, les chefs d’entreprises, les dirigeants des organisations philanthropiques, les chefs des missions diplomatiques et les représentants des institutions et organisations internationales.

 A l’issue de ces 85 jours de campagne, la Fondation Calissa Ikama espère parvenir à susciter une réelle volonté politique en vue de la mise en place d’un plan national de lutte contre le cancer. Le plaidoyer en faveur de la mise sur pied de ce plan national a commencé le 4 février de cette année avec la remise au Ministre de la Santé d’une pétition signée par 1200 personnes.

 La Fondation espère aussi, à l’issue de cette campagne, parvenir à négocier les partenariats avec l’Etat, les entreprises du secteur privé ou paraétatique, les missions diplomatiques, les représentations des institutions et organismes internationales, les médias, les Fondations et Associations en vue des réaliser les différents projets du programme «SOS CANCERS CHEZ L’ENFANT AU CONGO» et enfin à mobiliser soixante millions (60.000.000) de FCFA. Ces fonds serviront principalement à financer la création et le fonctionnement du Centre de documentation.

 Cette campagne de communication qui démarre ce dimanche par une conférence de presse au siège de la Fondation Calissa Ikama va s’achever le  dimanche 3 février 2012, par un déjeuner des décideurs.

Congo : Journée mondiale du cancer : le taux de guérison est faible

Les cancers du sein et de l'utérus sont les plus récurrents au Congo, a fait savoir, le 4 février à Brazzaville, l'Union congolaise contre le cancer (UCC) à l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer.
Les récentes statistiques datant de 2010 émanent du registre des cancers de Brazzaville. Elles signalent que les cancers du sein sont en première place avec 83 cas sur 571malades et ceux du col de l'utérus prennent la deuxième avec 46 cas sur cet effectif total.

Selon les cancérologues congolais, très souvent les victimes de ces cancers sont des jeunes femmes. Elles arrivent trop souvent au Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville à un stade avancé de la maladie. Dans ces cas, les malades subissent des traitements soient symptomatiques ou palliatifs.
Les facteurs alarmants du cancer du col de l'utérus sont entre autres la multiplicité des partenaires sexuels, les infections génitales chroniques mal traitées. Pour le cancer du sein, on signalerait par exemple l'absence d'allaitement, l'alimentation riche en graisses et l'hérédité. 

Lire la suite : brazzaville-adiac.com 

CONGO: Plus d'un milliers d'enfants se joignent à la lutte contre le cancer

 Ils ont été 1800 des élèves pour la plupart à signer une pétition initiée par la Fondation Calissa Ikama adressée au Gouvernement de la République par le biais du Ministre de la Santé et de la population. Elle a fait le tour d’une trentaine d’écoles de Brazzaville!

En voici le texte intégral :

Nous élèves, responsables d’établissements scolaires, de Brazzaville.

Entendu que,

-          Le cancer, hier considéré comme une maladie des occidentaux et des riches n’épargne pas les enfants congolais ;

-          Le cancer chez l’enfant, sous d’autres cieux, se guérit à 90 % et qu’au Congo dans 99 % des cas, les enfants atteints de Cancer en meurent faute de dépistage précoce et surtout en raison du coût élevé des traitements ;

Acceptons volontiers de signer cette pétition initiée par la Fondation Calissa IKAMA, pour que le Gouvernement Congolais mette en place un programme national de lutte contre le Cancer, à l’image des programmes nationaux de lutte contre le Paludisme, le Sida et la Tuberculose, afin que tous les enfants atteints du cancer bénéficient d’un diagnostic précoce et d’une prise en charge totale.

Résultat d’une campagne de sensibilisation sur la prévention du cancer organisée pendant un mois, du 1er au 31 janvier 2012, la pétition vient d’être remise au Ministre de la santé et de la population. C’était le samedi 4 février 2012, à l’occasion de la Journée Mondiale contre le cancer.

Une élève entrain de signer la pétition Un groupe d'élèves signant la pétition Un enseignant donne l'exemple 
De gauche à droite: (Photo 1) Une élève signe volontiers la pétition, (Photo 2) dans une autre classe la signature de la pétition suscite beaucoup d'interêt chez les élèves et (Photo 3) un enseignant donne l'exemple.   

 
VERS UNE MISE EN PLACE D’UN PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LES MNT
 
  P040212 10.49

C’est du moins ce qui ressort de l’échange qu’a eu le Ministre de la Santé et de la Population et le Secrétaire Général de la Fondation Calissa IKAMA à la réception de la pétition. Il a affirmé que le gouvernement y travaillait sérieusement et que ce plan d’action concernerait toutes les Maladies Non Transmissibles, le cancer y compris.

 Nous ne pouvons que saluer cette avancée qui, le croyons-nous, sera un grand coup de pouce à la lutte.

Congo : l’Union Congolaise contre le Cancer souhaite la gratuite des soins

Andr Obami-ItouLe président du Conseil d'administration de cette structure a préconisé ce moyen de lutte, le 4 février 2012, à Brazzaville

Le président du Conseil d'administration de l'Union Congolaise contre le Cancer (UCC), André Obami-Itou, a plaidé le 4 février 2012, à Brazzaville, pour la gratuité des soins aux malades atteints de cancer au Congo, en vue de vaincre cette maladie. Ce plaidoyer de l'UCC a été fait à l'occasion de la journée mondiale contre le cancer, avec des sollicitations auprès du gouvernement congolais portant, entre autres, sur la réduction du coût élevé des traitements anticancéreux, la subvention régulière des hôpitaux en médicaments spécialisés, l'instauration d'un forfait abordable pour les familles des malades, l'appui à une politique rigoureuse d'action de prévention en ollaboration avec les ONG de lutte contre le cancer. En outre, l'UCC a sollicité du ministre de la santé et de la population, un appui au fonctionnement de l'unité de radiothérapie, en misant sur les accords de partenariat médical avec Cuba et le Maroc. «Les ONG de lutte avec leurs moyens limités ont depuis longtemps amorcé des actions envers les malades, à travers la distribution des vivres aux malades hospitalisés au CHU de Brazzaville par l'Association Congolaise Accompagner (ACA), la mise à disposition des médicaments anticancéreux et autres supports aux malades par l'UCC», a fait observer le président Obami-Itou....

Lire la suite : journaldebrazza.com