Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

85 JOURS CONTRE LE CANCER…. ET APRES ?

Du 11 novembre 2012 au 3 février 2013, la Fondation Calissa IKAMA a mené une campagne d’information en faveur de la lutte contre le cancer au Congo. C’est dans une communication aux bénévoles de la Fondation Calissa Ikama que Ken Phinéas TCHITEYA, secrétaire à la Communication et responsables des programmes a présenté un premier bilan de la campagne 85 jours contre le cancer. C’était le Samedi 26 janvier 2013 en présence du Professeur Judith N’sondé MALANDA administratrice en charge de la lutte contre le cancer à la Fondation Calissa Ikama.  Nous reprenons presque in extenso un extrait sa communication.

photo ken«… Il s’agissait pendant 85 jours de poursuivre, auprès des décideurs, le plaidoyer en faveur de la mise sur pied d’un plan national de lutte contre le cancer tout en faisant appel à leur générosité afin de lever 60.000.000 de FCFA. Ces fonds serviraient à financer la lutte contre la sous-information sur le cancer par création d’un centre de communication, d’information et de documentation.

« Grace au dynamisme de 20 bénévoles, nous avons pu contacter 525 décideurs ont été contactés : 130 décideurs politiques (Tous les responsables des institutions de la République,  tous les membres du Gouvernement, les représentants des missions diplomatiques accréditées au Congo, etc.) et 405 chefs d’entreprises.

« Le bilan à l’issue de cette campagne est plutôt mitigé :

1.      Pour ce qui est du plaidoyer en faveur de la mise sur pied d’un programme national de lutte contre le cancer, on remarque une appropriation sans précédent du Politique. Des sources sures nous avons appris que le Ministre de la Santé va, dans le cadre de la journée mondiale contre le cancer, mettre en place une commission technique qui va se charger de l’élaboration du premier plan stratégique de lutte contre le cancer pour la période 2013-2017.  A l’issue de ce travail d’élaboration, il sera organisé au cours du mois de février un atelier pour sa validation.

Bien que nous ne soyons pas en mesure d’affirmer que cette appropriation est l’un des résultats de la campagne « 85 jours…», nous sommes persuadés qu’elle va, sans aucun doute, contribuer à baliser le chemin vers la validation et la mise en exécution du futur plan stratégique.

En effet la campagne « 85 jours… » a permis à tous les décideurs politiques de prendre conscience que le cancer au Congo est un véritable problème de Santé Publique et il n’est pas utopique d’envisager que cette prise de conscience favorisera l’adoption rapide du futur plan stratégique  par le conseil des Ministres et sa ratification par le Congrès. 

2.      En ce qui concerne la collecte, seuls 5 décideurs (1% du total) ont à ce jour donné une suite favorable en apportant leur contribution. Le montant total de leur participation financière est de 1.550.000 FCFA provenant notamment de l’Ambassadrice du Brésil, du Ministre des sports et de l’éducation physique, de la Ministre des affaires sociales, du Président de la Cour Constitutionnelle, et du président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication soit un taux de réussite légèrement supérieur à 2%.

Il sied à préciser qu’au nombre des suites favorables obtenus il y’a le parrainage médiatique du ministère de la Communication chargé des relations avec le Parlement et celle du Directeur Général de la Radio Rurale,  qui permettront de diffuser les supports de sensibilisation (spots, émissions, encarts) dans les médias publics.

Citons aussi l’implication personnelle de la Première secrétaire du Senat qui, en plus de faire une promesse de donation, nous a permis de toucher individuellement 67 Sénateurs de la République et celle du Directeur Général de DRTV qui, dans un premier temps, va consacrer un numéro de son émission « Sans détours » à la lutte contre le cancer au Congo.

« Il est peut être tôt de commenter ce résultat, cependant le faible taux de réussite de la collecte ne doit pas être interprété comme une preuve de manque de générosité de la part des décideurs que nous avons contactés pour trois raisons :

1.      Une défaillance au niveau de mécanisme de transmission du courrier peut faire que la cible n’aie pas reçu son courrier dans les délais ;85 jours

2.      Le décideur a bel et bien reçu le courrier, mais n’a peut-être pas saisi la pertinence de l’action, ce qui souligne la nécessité de communiquer davantage sur le sujet.

3.      Dans certaines structures le traitement des courriers, notamment les demandes de financement, prend énormément du temps et il est encore possible d’obtenir une suite favorable.

« Devant ce tableau des résultats que devient alors le projet de création du centre de communication, d’information et de documentation sur le cancer ?

« Dans un premier temps la priorité sera accordée à la mobilisation des ressources financières. En attendant que les fonds soient réunis, la Fondation, en faisant des coupes dans son budget de fonctionnement, pourra préfinancer certaines activités de communication, notamment la production des supports de sensibilisation et la recherche des partenaires pour leur diffusion.

« Il est aussi prévu l’organisation des activités d’autofinancement à l’instar de la carte postale « Cancer : le saviez-vous ? » dont le nom s’inspire du slogan 2013 de la journée mondiale contre le Cancer… ».

Synthèse de KP

CONGO: CAMPAGNE 85 JOURS CONTRE LE CANCER: LES ENFANTS S'IMPLIQUENT!

85 jours les enfants
Lancée le 11 novembre dernier, la campagne 85 jours contre le cancer reçoit

les soutiens des personnes sensibles!

Le premier soutien de taille est venu de l'imprimerie papeterie du Congo, qui a consenti à imprimer gratuitement en 1000 exemplaires, la plaquette qui sera utilisée pour transmettre l'information aux décideurs.

Le président de l'Union Congolaise  Contre le Cancer, le Professeur Charles Gombé Mbalawa,parlant du lancement de la campagne, a déclaré "je vous remercie vivement et vous adresses mes très chaleureuses félicitations  de toutes les activités si fructueuses entreprises récemment"

Une autre personnalité qui a apporté son soutien à la campagne est le
Professeur Francine NTOUMI, Directrice Générale de la Fondation Congo congolaise pour la recherche médicale qui a dit en substance "
félicitations pour toute cette énergie et ce beau et bon travail. Je vous
soutiens a fonds"

De tous ces soutiens le plus émouvant est celui des enfants qui se sont portés volontaires pour mettre sous enveloppe, les 500 plaquettes. 

Congo: Lancement à Brazzaville d'une campagne de lutte contre le cancer

BRAZZAVILLE (Xinhua) - C'est par une conférence de presse que la Fondation Calissa Ikama a lancé Dimanche 11 novembre 2012 à Brazzaville une "campagne de lobbying en faveur de la lutte contre le cancer au Congo", où plus de 7.000 cas de cancer ont été enregistrés ces treize dernières années. 

Lancement de la campagne 1

CONFERENCE DE PRESSE DE LANCEMENT
De gauche à droite: Le Professeur Jean Felix Peko (Membre de l'UCC), Madame Yolande Ketta-Mbangutd (Présidente du Conseil d'administration), Fondation Calissa Ikama et M. Jean-Jacques Makaya, Secrétaire Général de la Fondation Calissa Ikama

Intitulée "85 jours pour s'unir contre le cancer : journées d' information et appel à la solidarité", cette campagne d' information qui sera menée dans les deux principales villes congolaises, Brazzaville et Pointe-Noire, a pour but "le réveil de la conscience des décideurs sur les réalités de la lutte contre le cancer au Congo et la présentation des solutions proposées sous forme de projets dans le programme +SOS cancers chez l'enfant au Congo+", a expliqué au cours d'une conférence de presse la présidente du conseil d'administration de la Fondation Calissa Ikama, Yolande Ketta Banguyd.

Selon le pr Jean Félix Peko du laboratoire d'anatomie cytologie pathologique du Centre hospitalier et Universitaire (CHU) de Brazzaville, dans le registre des cancers du 1er janvier 1998 au 31 décembre 2011, un total de 7.074 cas de cancer, dont 412 cas pour les enfants, ont été enregistrés.

professeur Peko 1
Le Professeur Jean Felix PEKO dans son speech devant la presse

Vue des journalistes1
Une vue des journalistes lors de la conférence de presse

Les cancers les plus fréquents sont ceux de la prostate pour les hommes, le cancer du sein pour les femmes et celui de la rétine (oeil) pour les enfants. "Un enfant sur cinq survit du cancer. 90% des cas décèdent à la suite d'un diagnostic tardif", a-t-il précisé.

Cette campagne est aussi l'occasion de faire un appel à la solidarité dont le but est de lever des fonds, près de 60 millions de F CFA (environ 116.000 USD) qui serviront à financer l'un des projets du programme: "La pédagothèque du cancer de Brazzaville : centre de documentation et d'information sur le cancer".

L'objectif de ce projet est la réduction du déficit de communication sur le cancer avec comme résultat l'amélioration de la précocité du diagnostic.

Près de 500 décideurs sont ciblés par cette action. A l'issue des 85 jours de cette campagne, la Fondation Calissa Ikama espère susciter une "réelle volonté politique, en vue de la mise en place d'un plan national de lutte contre le cancer".

La Fondation Calissa Ikama, qui lutte contre le cancer et œuvre pour la promotion des jeunes écrivains, a été créée à la suite du décès de la plus jeune écrivaine congolaise Calissa Ikama le 11 novembre 2008, mort des suites d'un cancer à l'âge de 15 ans.

Cette dernière a publié à 12 ans, en classe de cinquième, son premier roman "Le triomphe de Magalie" qui lui a valu une reconnaissance nationale.