PREPARATIFS DE LA JOURNEE MONDIALE CONTRE LE CANCER

LES BENEVOLES DE LA FONDATION CALISSA IKAMA PREPARES A LA SENSIBILISATION

C’est le Professeur Judith N’sondé MALANDA, membre du Conseil d’administration et responsable du Pole « Lutte contre le cancer » qui a supervisé l’activité. C’était le samedi 26 janvier 2013 dans la salle Polyvalente au Siège de la Fondation Calissa IKAMA.

photo choisie1Prélude au lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation « 15 minutes contre le Cancer », l’atelier d’édification des bénévoles de la Fondation Calissa IKAMA avait pour but de les préparer à faire face aux multiples difficultés qu’ils pourraient rencontrer sur le terrain.

C’était l’occasion de discuter sur les différents contours que pouvait prendre une telle campagne : la tenue à adopter ; l’organisation  et enfin   parler dès l’apport de chaque bénévole et des résultats attendus à l’issue de cette nouvelle campagne.

Trois communications ont constitué l’essentiel de l’activité :

 Le premier intervenant  Ken Phinéas TCHITEYA, responsable des programmes à la Fondation Calissa Ikama, s’est attardé sur le bilan de la campagne précédente, campagne auquel les bénévoles ont travaillé activement.

Avant de souligner les points positifs de la campagne « 85 jours contre le cancer » il a commencé par remercier sincèrement tous les bénévoles pour leur dynamisme qui a permis de toucher 525 décideurs tant à Brazzaville qu’à Pointe-Noire. « Sur les 525 décideurs il y’a 130 décideurs politiques, tous les membres du gouvernement, le Cabinet du Chef de l’Etat et tous les responsables des institutions de la République » a-t-il dit en substance.

Parlant de résultats de la Campagne « 85 jours contre le Cancer », M. Ken a précisé que pour l’instant le bilan était plutôt mitigé. Il faut noter cependant que celle-ci a permis d’obtenir quelques avancées notamment le parrainage médiatique par le ministre de la Communication ou encore l’implication personnelle du Directeur Général de DRTV, monsieur Paul SONI BENGA, avancées qui permettront de communiquer davantage par le truchement des médias.

Parlant de la levée des fonds Ken TCHITEYA a donné quelques chiffres aux bénévoles :« Sur 60.000.000 de FCFA, nous avons à ce jour mobilisé 1.550.000 FCFA, provenant de 5 décideurs que sont l’Ambassadrice du Brésil (50.000), du Ministre des sports et de l’éducation physique (1.000.000), de la Ministre des affaires sociales (150.000), du Président de la Cour Constitutionnelle (200.000), et du président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication (150.000) soit un taux de réussite légèrement supérieur à 2% ».

Pour Ken TCHITEYA, ce faible taux de réussite ne devrait pas être interprété comme un manque de générosité de la part des décideurs contactés, mais était plutôt un signe révélateur de la nécessité de poursuivre les actions de communication.

Le deuxième intervenant, Madame Judith N’sondé MALANDA, Professeur Agrégée en cancérologie médicale et Administratrice de la Fondation Calissa Ikama chargé du « pole lutte contre le cancer » a dans sa communication insisté sur la nécessité pour les bénévoles de bien comprendre le cancer et les questions éventuelles qu’ils peuvent rencontrer sur le terrain avant de s’attarder sur la nouvelle campagne qui démarre le 4 février à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer 

« Contrairement au projet ‘ 85 jours pour s’unir contre le cancer’,  la nouvelle campagne vise spécialement les établissements scolaires  tant publics que privés. » a-t-elle précisé avant d’ajouter : « la campagne ‘15 minutes contre le cancer’ a un double objectif : sensibiliser les élèves sur le cancer sans les effrayer et susciter  en eux un élan de solidarité avec les enfants malades de cancer. »

Madame N’sondé a ensuite expliqué aux bénévoles que pour atteindre ces objectifs, la Fondation Calissa Ikama compte s’appuyer sur les chefs d’établissements scolaires et les enseignants des sciences de la vie et de la terre. Ces derniers seront, après une séance de formation, invités à consacrer pendant un mois  les 15 premières minutes de leur cours à échanger avec leurs élèves sur le cancer.

Dans sa conclusion, Madame N’sondé a rappelé les résultats attendus à l’issue de cette nouvelle campagne : « nous espérons qu’à travers les enfants nous parviendrons à amener leurs parents à la prise de conscience, à collecter des dons en nature et en argent, notamment par la vente des cartes postales de sensibilisation » a-t-elle souligné avant de révéler à qui ces dons seront destinés « les enfants malades de cancer pourront recevoir ces dons par le canal des délégations scolaires composées essentiellement d’enfants ayant participé  à l’action de solidarité».

Le dernier intervenant, Monsieur MYLANDOU Lysias Yoanne, responsable de l’organisation événementielle s’est attardé sur les difficultés que les équipes pourraient rencontrer sur le terrain et la manière de les surmonter «  quelle que soit la situation il est important de garder le sourire et un état d’esprit positif car ils sont les gages du succès de notre action sur le terrain »

Enfin  la présidente de la séance Mademoiselle  Cornelie Kalthouma MIAFOUNA KIMBEMBE, attachée aux relations publiques  à la Fondation Calissa Ikama a clôturé l’atelier en remerciant les intervenants et en encourageant les bénévoles à faire bon usage de tout ce qu’ils  ont appris.

Avant de se quitter les bénévoles de la Fondation Calissa Ikama, visiblement satisfaits du bon déroulement de l’atelier, ont résolu de rendre visite aux malades de cancer internés au Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville.

CK et KP