Ligue Congolaise Contre le Cancer (LCCC)

Pays : République Démocratique Du Congo LCCC
Président : Julien ILUNGA NIKULU
Adresse : Service d’anatomie pathologique
Cliniques Universitaires
Faculté de médecine
Université de Lumbumbashi
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site Internet :
Facebook :

République Démocratique du Congo : Lutte contre le cancer : l’OMS et les Ongs unissent leurs efforts.

oms

La salle polyvalente de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) a servi de cadre le jeudi 19 septembre 2013, à la tenue d’une journée d’information, de plaidoyer et de solidarité en faveur des malades victimes du cancer. Cette rencontre a été organisée par les Ongs Assicas – RDC et « Les Ailes du Cœur », engagées dans la lutte contre le cancer.


Ont  pris part à ce moment d’échanges scientifiques, le médecin-directeur de la Clinique Ngaliema, Dr Tshiamala, le point focal cancer de l’OMS chargé de maladies non transmissibles, le Dr Adolphe Kongolo, et le coordonnateur d’Assicas RDC, Célestin Katshunga.

Appelé à intervenir en premier, le coordonnateur de l’ONG Assicas RDC, dans sa brève présentation du cancer, a démontré que cette maladie est encore considérée comme étant tabou en Afrique et plus particulièrement en RD Congo.

Il a avoué que le cancer tuait  plus que le sida, la tuberculose, et en même temps, a déploré l’inexistence des registres de cancers, l’absence de statistiques viables et de prise en charge adéquate.

Présentant son organisation, Célestin Katshunga a indiqué que l’Ong Assicas RDC a été reconnue officiellement le 20 décembre 2010 et agit dans les différents domaines d’intervention, de sensibilisation, de renforcement des capacités…

Et pour ce qui est de perspective envisagée, le coordonnateur d’Assicas RDC a fait savoir qu’un projet de construction et d’équipements d’un laboratoire moderne à Mugunga, est envisagé, grâce aux financements des partenaires.

Pour sa part, Dr Evariste Musafiri de l’ONG « Les Ailes du Cœur » a soutenu que le cancer est réellement un problème de santé publique  qui nécessite urgence. Avant d’ajouter que c’est depuis trois ans que son ONG a fait du cancer son cheval de bataille.

D’où, il s’est résumé en affirmant que le moment d’agir, c’est aujourd’hui ! Car, il faut briser le silence pour stopper le cancer du sein et du col de l’utérus.

Evoquant la place de l’anatomie pathologique dans la lutte contre le cancer, le professeur Lebwaze Massamba du service de pathologie des Cliniques universitaires de Kinshasa, a souligné que la détection et le diagnostic précoces restent le seul  moyen de lutte avant l’étape de métastase.

Le médecin-directeur de la Clinique Ngaliema, Dr Tshiamala,  a estimé qu’il faut redonner aux hôpitaux  leur vraie valeur. Car, ces derniers restent le seul cadre institutionnel  pour une bonne lutte.

Pour finir, Dr Kongolo, point focal du cancer chargé des maladies  non transmissibles à  l’OMS, s’est dit émerveillé par la qualité des exposés et recommandations des participants.

Melba Muzola 

Visite de la AFRNC

Le mois d'octobre 2013, la LCCC passe à une autre étape importante dans la lutte contre le cancer. En effet, le pays est marqué par un manque sevère de données statistiques. Il n'y a donc pas de registre du cancer en RDC. Du 14 au 16 octobre 2013, deux membres de l'AFRNC (African Registry Network Cancer) viennent pour aider la République Démocratique du Congo à mettre sur pied un registre du Cancer. Deux visiteurs de la Capitale (Kinshasa), l'un représentant de la LCCC à Kinshasa et l'autre, secrétaire exécutif de la LINAC seront également présents à cette discussion importante.

Rép. dém. du Congo: "Station-service à Kinshasa/Maladies professionnelles: les pompistes exposés au cancer"

Republique-Democratique-du-Congo

A Kinshasa, les pompistes courent le risque de contracter différentes maladies mortelles dans l'exercice de leur tâche quotidienne. Il s'agit par exemple du cancer, de l'altération génétique héréditaire et bien d'autres maladies. Cependant, le ministère de la Santé publique à travers le Programme national de la santé au travail (PNST) et le ministère du travail, emploi et de la prévoyance sociale qui devaient alerter les travailleurs sur les maladies professionnelles, et, prendre des mesures conséquentes; ont privilégié la rhétorique et des défilés annuels.

Lire la suite...

Partenaires contre le cancer

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

PARTENAIRES DE LA LUTTE CONTRE LE CANCER

Depuis sa création, la Ligue Congolaise Contre le Cancer a bénéficié de donations de plusieurs Partenaires. Nous les remercions tous. Il s’agit notamment :

  1.       Le Gouvernement Provincial du Katanga
  2.       Le Groupe Franco-africain d’Oncologie Pédiatrique (GFAOP)
  3.       La Pathologie Cytologie et Développement (PCD)
  4.       L’Alliance Mondiale contre le cancer (AMCC)
  5.       L’International Network of Cancer Treatment and Research(INCTR)
  6.       L’Alliance des Ligues Francophones Africaines et Méditerranéenne contre le Cancer (ALIAM-MNT)
  7.       La Fondation Veolia
  8.     Groupe Forrest International
  9.     La Tenke Fungurume Mining (TFM)
  10.       La Générales des Carrières et des Mines « »
  11.       La Société Nationale des Chemins de Fer du Congo (SNCC)
  12.       Les Hôpitaux de Lubumbashi
  13.       La Direction de Cliniques Universitaires de Lubumbashi
  14.     Le Directeur de l’Office Congolais de Contrôle (OCC)
  15.       Le Directeur de l’OFIDA
  16.       Les Médecins de Lubumbashi
  17.       Les Personnes Physiques, particuliè:
  18. Dr Koichi Honma (Japon, Dokyo University)
  19. Dr Alain Gaulier (France, Pathologiste Retraité d’Argenteuil)
  20. Prof Raphael Martine (France, Hématopathologiste
  21. Dr Marc Keller (Ligue Nationale Contre le Cancer, France)

Cancer en RDC: Constat alarmant de la prise en charge

Constat alarmant concernant la prise en charge des malades cancéreux en RDC par la médecine non conventionnée.
Plusieurs observations vérifiables montrent que la population congolaise, les intellectuelles y compris pratiquent les médecines non conventionnelles dans le cas des cancers.

Des preuves écrites (rapport d'examens "paracliniques") obtenues de deux patients en phase terminale du cancer (sein et prostate) revèlent que ces patients paient des sommes énormes pour des examens inutiles (une centaine d'explorations pour un patient cancéreux sans faire allusion ni à une suspiscion ni à la confirmation du cancer).

Ces deux malades reçus dans un hopital conventionnel ont fait l'objet de controle radiologique et échographique et le diagnostic de Cancer stade 4 a été confirmé. Comme il n'existe pas de structure spécialisées pour prendre en charge le cancer, ces personnes ont plus aucun espoir de vivre.

C'est triste et très alarmant et cela doit interpeler les autorités politico-administratives pour refléchir deux fois avant d'attribuer l'acréditation des centres de médecine non conventionnelle. Ces deux patients sont l'échantillon non représentatif de plusieurs personnes sans défense ni appui.

La Ligue Congolaise contre le Cancer (LCCC) veillera à ce que de telles supercheries ne puissent plus perdurer.