Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Niger: Centre national de lutte contre le cancer

La lutte contre le cancer constitue un des défis en matière de santé publique auxquels notre pays s’attèle à apporter des réponses adéquates à travers notamment le renforcement et la création d’un centre pour prendre efficacement en charge les malades souffrant de cancer.

Plusieurs arguments plaident en faveur de la mise en place d’une telle structure :

  • La prévalence des cancers gynécologiques et autres. Les prévisions de l’OMS estiment pour les années 2008 et 2013 environ 10.300 à 11.000 nouveaux cas de cancer respectivement ;
  • Les problèmes de traitement posés par la maladie eu égard à l’absence de plateau technique ;
  • La faiblesse des moyens matériels, financiers, humains et techniques de lutte contre la maladie ;
  • Les coûts élevés des évacuations sanitaires et leur impact sur l’économie du pays ;
  • L’absence de centre de référence dans la sous-région.


C’est fort conscient de cela, que le Gouvernement du Niger a créé par la loi N°2011-16 du 08 Août 2011 le Centre National de lutte contre le Cancer (CNLC) en tant qu’Etablissement Public A Caractère Administratif (EPA).

TUCC 310712 1


Les organes délibérants du centre sont : le Conseil d’Administration, le Comité d’Etablissement et le Conseil Scientifique.

Le CNLC a pour objet, l’accomplissement d’activités d’intérêt général. Il poursuit une mission de service public, dispose de patrimoine propre et de l’autonomie financière.

Quelles sont les missions assignées à ce centre ?

  • La prévention du cancer à travers la lutte contre tous les facteurs favorisants 
  • La prise en charge des cancers par les traitements curatifs et palliatifs ;
  • La participation à l’élabaration, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation de la politique nationale de lutte contre le cancer ;
  • La formation professionnelle continue ;
  • La recherche sur le cancer en relation avec les autres institutions intervenant dans le même domaine.


Quel est l’impact socio-économique de la création d’un tel centre ?

Les bénéfices que l’on pense tirer de l’établissement d’un Centre National de lutte contre le cancer au Niger sont de deux sortes :

  • les bénéfices directs, à savoir la réduction des taux de mortalité et de morbidité liés au cancer et les économies réalisées sur le coût des traitements curatifs et palliatifs à l’étranger ;
  • les bénéfices indirects qui découlent du renforcement des capacités de contrôle du cancer incluant la prévention et le dépistage précoce au niveau des services de santé et l’amélioration des compétences du personnel.


DR TAHIROU ALMOUSTAPHA
Directeur du CNLC Niger

TUCC 310712 2

NIGER : Lutte contre le cancer : création d'un Centre National de lutte contre la maladie

Le Conseil des ministres de samedi dernier a adopté un projet de loi portant création d'un « Centre National de Lutte contre le Cancer ». Il s'agit d'un Etablissement Public à caractère Administratif dont le projet de loi sera bientôt transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

Une telle décision apportera, à m'en point douter, un immense soulagement aux malades et à leurs familles. En effet, la prise en charge médicale du cancer coûte excessivement chère, surtout quand on sait qu'elle ne peut se faire qu'à l'extérieur du Niger, généralement en Europe. Or, des cas de cancer, il y en a de plus en plus dans notre pays.

C'est du reste ce qui a motivé la décision du gouvernement qui explique que : « la création du Centre National de Lutte contre le Cancer se justifie par la nécessité d'une prise en charge efficace et coordonnée du cancer qui est devenue une préoccupation majeure des pouvoirs publics.

En effet, au Niger, selon l'OMS (étude GLOBAU IARC 1998), il y aurait 2688 cancers féminins en 1998 et 8000 nouveaux cas par an à partir de 2005 ; 66 % des malades pourraient bénéficier d'une radiothérapie. En outre, la prise en charge des cancers représente l'essentiel des coûts des évacuations sanitaires (1,5 milliard de francs CFA en moyenne par an). En fait apprend--on, les travaux de construction des locaux du Centre sont même assez avancés. Ils ont débuté depuis 2006 et ceci grâce au financement de l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (AIEA)...

Lire la suite : lesahel.org

NIGER : Journée de lutte contre le tabagisme

news photo2A l'instar de la communauté internationale, le Niger célèbre en ce jour, 31 mai 2011, la Journée internationale de lutte contre le tabagisme avec pour thème cette année, « La convention cadre pour la lutte anti tabac ». C'est l'occasion pour les pays ayant ratifié cette convention initié par l'OMS de faire le point de la lutte anti tabac. A cet effet, l'ONG SOS Tabagisme-Niger a organisé, ce matin, en collaboration avec l'ONG Tous unis contre le cancer (TUCC), une conférence débat. C'était dans les locaux de l'Institut de santé publique (ISP).

Entrée en vigueur en 2005 et ratifiée par 172 pays dont le Niger en août de la même année, la Convention cadre pour la lutte anti tabac est (CCLAT) vise à préserver les générations présentes et futures des effets dévastateurs de la consommation du tabac mais aussi de l'exposition au tabac. Pour ce faire, une loi a même été votée en 2006, interdisant entre autres, de fumer dans les lieux publics, de vendre la cigarette en détail ou encore de faire de la publicité en faveur d'un produit du tabac.

Malheureusement, malgré cette avancée notable, force est de reconnaître que les choses n'ont pas vraiment changées depuis ce temps. C'est du moins ce qui ressort du constat fait par Inoussa Saouna lors de la conférence de ce matin qui a essentiellement réunis les étudiants de l'ISP et des professionnels de la santé.

Pire, selon lui, le tabagisme gagnerait même du terrain car désormais, la cible privilégiée des marchands de cigarettes sont les femmes, notamment les jeunes scolaires – 3,11% de filles selon une étude réalisée dans 25 établissements scolaires de la place – et les enfants potentiels fumeurs susceptibles de pérenniser le marcher du tabac. Une tendance que confirme Dr Djermakoye Jackou Hadiza, présidente de l'ONG TUCC qui s'est elle plus appesantie sur les méfaits du tabac en tant que maladie non transmissible (MNT).

Lire la suite : medianiger.info

Niger : Rencontre Internationale des experts sur le Cancer : élaboration d’un plan d’action en matière de lutte contre le cancer

Cancer NigerLa Première Dame, Dr Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tattali-Iyali, a présidé, hier à l'Auditorium Sani Bako de Niamey, la cérémonie officielle d'ouverture des travaux de la rencontre internationale des experts sur le cancer. Cette rencontre, qui fait suite à la convention signée à Marrakech le 15 janvier 2012 entre la Fondation Tattali-Iyali du Niger et l'Association Lalla Salma du Royaume de Maroc durera 5 jours. Elle permettra aux experts des deux pays de travailler ensemble pour évaluer les besoins et élaborer un programme d'appui à la lutte contre le cancer au Niger.

La cérémonie s'est déroulée en présence de la Ministre de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant, Dr Maikibi Kadidiatou Dan Dobi, des membres du Gouvernement, de Mme la Gouverneur de Niamey, des responsables du Ministère de la Santé Publique et des membres de la Fondation Tattali-Iyali. 

Dans le discours qu'elle a prononcé à l'occasion de l'ouverture des travaux de la rencontre, la ministre de la Population, de la Promotion de la femme et de la Protection de l'Enfant, Dr Maikibi Kadidiatou Dandobi a tout d'abord rappelé que l'objectif de cette rencontre est de faire suite à la convention signée à Marrakech le 15 janvier 2012 entre les deux fondations. Selon elle, ''la concrétisation de cette convention et de ce partenariat ouvrira sans nul doute les portes de l'espoir au nombre incalculable de femmes aujourd'hui victimes du Cancer de sein, de celui de l'utérus qui constituent de vrais problèmes de santé publique au Niger''....

Lire la suite : nigerdiaspora.info 

Niger : Commémoration de la Journée Internationale du Cancer : privilégier la prévention contre le fléau

Dans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale du Cancer, l'ONG Tous unis contre le cancer (TUCC) a usé de ce tremplin pour relancer et entretenir la flamme vive du combat contre la maladie. C'était, samedi dernier, au Centre de promotion sociale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Par la voix de sa présidente, Dr Djermakoye Hadiza Jackou, l'organisation s'est en effet exprimée en rassemblant des jeunes filles en formation pour une large sensibilisation autour du thème retenu cette année, «vaut mieux prévenir que guérir».

L'organisation non gouvernementale Tous unis contre le cancer (TUCC), membre de l'Alliance francophone des ligues contre le cancer a ainsi réaffirmé son engagement de lutte contre cette maladie dont les victimes se font de plus en plus nombreuses. Selon la Ligue contre le cancer, dans de nombreux pays, le cancer du sein est chez la femme le cas le plus fréquent. Si les causes de cette forme de cancer ne sont pas connues bien que certains facteurs de risque ont pu être identifiés, Dr Djermakoye Hadiza Jackou, transmet les recommandations du Fonds mondial de recherche contre le cancer. En effet, selon cet acteur de premier plan dans ce combat, il est conseillé de modifier son alimentation sur plusieurs points. Notamment en augmentant la consommation de fruits et légumes, en limitant celle de la viande rouge. 

Lire la suite : lesahel.org