Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Cancer en Mauritanie : la sensibilisation et le dépistage, meilleures armes

Mauritanie WCDLa journée mondiale de lutte contre le cancer est commémorée le 4 février de chaque année aux quatre coins du globe. Objectif, selon l'OMS «promouvoir les moyens de faire reculer la charge de morbidité imputable à cette maladie qui continue de faire de millions de morts et de nouveaux cas.»Longtemps considérée comme une maladie de « blancs ou riches), ce fléau a ôté la vie à 1300 mauritaniens dont 700 femmes selon un document de l'OMS datant de 2014. Une diminution des facteurs de risques, dépistage précoces et des campagnes de prévention apparaissent comme étant les meilleures armes pour lutter contre le cancer.

Cette maladie est une des premières causes d'évacuation des mauritaniens vers l'étranger. La progression du cancer en Afrique est alarmante. En Mauritanie, ce fléau est méconnu et tabou. Ce qui est selon plusieurs spécialistes à l'origine des prises en charges tardives et pèse sur les chances de guérisons des malades. Chez l'homme, le cancer de foie et de la prostate sont les plus fréquents et le tabagisme premier facteur de mortalité y est pour beaucoup.
Chez la femme, c'est le cancer du sein et du col utérin. Tandis que chez l'enfant, trois types de cancers se bousculent. Il s'agit du cancer du rein, de l'œil et de la leucémie. Le centre National d'Oncologie, carrefour où se croisent des cancérigènes, s'est doté récemment d'une unité de médecine nucléaire même si l'autorisation de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) se fait encore attendre. Il faut cet aval pour utiliser cette technologie.

Vaccination
La Mauritanie n'a pas encore de plan national de lutte contre le cancer. Néanmoins, des mesures sont prises même si ce n'est pas suffisant. C'est dans ce cadre que le vaccin contre l'hépatite B a été inscrit dans le programme national de vaccination. Un autre vaccin contre le papillomavirus responsable du cancer du col utérin existe mais pas encore généralisé.

Lire la suite

​Le Maroc implante une unité de médecine nucléaire à Nouakchott

Mauritanie

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, a inauguré, dernièrement à Nouakchott, une unité de médecine nucléaire au Centre national d'oncologie, réalisée avec une participation marocaine.  
A cette occasion, le docteur Abderaouf Sardou, directeur général de la Société marocaine T2S (Technique Science-Santé) ayant réalisé cette unité, a relevé que "le succès de ce projet, depuis sa conception, est dû principalement à l'accompagnement en continu de la Fondation Lalla Salma - Prévention et traitement des cancers, qui ne cesse d'apporter son soutien en mettant à la disposition de cette unité les médecins et techniciens spécialisés". 

Lire la suite

Mauritanie : Le Président de la République se rend auprès des malades du centre national d'oncologie

08-08-2013-M00002

Nouakchott , 08/08/2013 - Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz s'est rendu, jeudi matin, auprès des malades dans se trouvant dans le centre national d'oncologie à Nouakchott.
Il a, à cette occasion visité l'unité de traitement par lazer, la médecine nucléaire. Cette visite vient prouver l'attachement du Président de la République à la tradition de solidarité et de sympathie avec les nécessiteux en cette journée bénie.

Il s'est informé sur la la situation des malades, leur état sanitaire et les traitements dont ils bénéficient.
Il a, pour la circonstance, exhorté l'équipe médicale à entourer les malades de l'affection, à leur accorder l'intérêt qu'il faut et à suivre leur traitement de manière sérieuse.
Le Président de la République a ensuite visité, en compagnie de la ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, ministre de la Santé par intérim, les différents services du centre et son extension en cours de réalisation et a pris connaissance du rôle joué par l'unité de traitement par lazer et des moyens modernes utilisés pour traiter les malades.
Selon des sources au ministère de la santé, cette unité met fin aux souffrances auxquelles étaient confrontés les malades qui se voyaient obligés, avant, de se rendre à l'étranger occasionnant ainsi des frais insupportables pour beaucoup d'entre eux.
Ce centre qui est le fruit d'une coopération entre la Mauritanie et l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, depuis 2004, et qui porte sur trois projets nationaux intéressant les domaines de la planification de l'énergie, de la santé animale et des ressources en eau.

Selon les mêmes sources, les deux parties ont lancé deux autres projets en 2009 dont l'un est relatif à une unité de traitement par lazer et à la médecine nucléaire et le second a trait à la mise en place d'une infrastructure nationale de contrôle des sources de radiation nucléaire.

34 mauritaniens ont bénéficié de bourses d'études à moyen et long terme dans les différentes applications des sciences technologiques nucléaires, dans le cadre d'un protocole portant sur le renforcement des capacités des ressources humaines.

Le centre national d'oncologie a été créé par décret n° 2008/181 en date du 24 décembre 2008.
Le président de la République a été accueilli à son arrivée et salué à son départ par la ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sport, ministre de la Santé par intérim, Mme Lalla Mint Chrif, le directeur du centre et plusieurs cadres de cette institution sanitaire.

Plus d'infos

Mauritanie : Cancer - Résultats sur 10 ans du registre hospitalier de Nouakchott

Capture

Le fardeau du cancer reste mal connu en Mauritanie. Il n'est basé que sur des extrapolations de l'incidence des cancers des pays avoisinants. Les données du registre de l'hôpital national permettent de décrire les cas avec un diagnostic histologique. Tous les cas de cancers enregistrés par le service d'anatomo-pathologie de l'hôpital national de Nouakchott de 2000 à 2009 ont été analysés. En 10 ans, 3305 prélèvements histologiques ont été analysés (hommes:42%, femmes:58%). Chez l'homme, le cancer le plus fréquemment analysé était le cancer de la peau (218 cas au total, 189 cas en excluant mélanome), suivi de la prostate (203), des cancers digestifs (179, colorectal et 'sophage), et des lymphomes (151). Chez la femme, un quart des biopsies était des cancers du sein (485), suivi du col utérin (344), de la sphère gynécologique (218, ovaire et corps utérin), et de la peau (114). Les cancers du foie, du poumon ou de la vessie étaient peu fréquents. Ces résultats ne reflètent pas l'incidence ni l'actuel fardeau du cancer en Mauritanie puisque de nombreux patients diagnostiqués avec un cancer ne reçoivent pas d'examen anatomopathologique. Si, comme dans les pays avoisinants du Maroc et du Mali, les cancers du col et du sein sont les pathologies les plus fréquentes chez la femme, la distribution des cancers chez l'homme dans ce registre hospitalier diffère des résultats des registres de population du Maroc et du Mali où les cancers du poumon, du foie, de la prostate et de la vessie dominent.

Lire la suite