Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Vaccin et sensibilisation contre les cancers féminins au Gabon

Gabon

La présidente de l’Association nationale de lutte contre les cancers féminins (ALUCAF) qui a célébré simultanément la journée internationale de la femme en différée et celle de cancérologie ce samedi à son siège d’Owendo (ville voisine de Libreville), a déclaré que son ONG va intensifier la lutte contre les cancers féminins, un fléau qui tue à petit feu au Gabon.

Lire la suite...

Gabon : Cancer, la solution qui vient de Libreville

Gabon

Gabon- L’Institut de cancérologie de Libreville, qui sera opérationnelle au début du mois d’avril, cette entité prendra en compte le diagnostic rapide des cancers et de traitement des malades du cancer au Gabon et dans la sous région.
Après ceux de Dakar et Brazzaville, l’Institut de cancérologie de Libreville est le 3è du genre en Afrique subsaharienne francophone.

Lire la suite...

Le cancer est bien là, au Gabon, et il tue !

Le Gabon, à l’instar des autres pays du monde, a célébré le 4 février 2013 la journée mondiale du Cancer, une maladie qui constitue la première cause de mortalité dans le monde, bien avant les guerres et autres catastrophes naturelles.
Les cancers du sein et de l'utérus sont les plus meurtirers parce que les plus fréquents, mais aussi les plus faciles à soigner s'ils sont dépistés à temps © D.R.
Les cancers du sein et de l’utérus sont les plus  fréquents, mais aussi les plus faciles à soigner… s’ils sont dépistés à temps © D.R.
Il y a un an aujourd’hui, le Gabon totalisait 130 cas de cancer déclarés. Cette maladie, qui fait assez peu parler d’elle mais qui tue en silence, constitue un problème de santé pour les pays africains en général et le Gabon en particulier à cause de l’absence, ou de l’insuffisance, de structures et d’équipement pour lutter contre cette dernière. Ainsi, la plupart des personnes souffrant de cancer n’ont pas accès au dépistage, à un diagnostic précoce, au traitement et moins encore aux soins palliatifs.

Lire la suite...

Postes à pourvoir à Libreville, Gabon

Le Gabon vient de se doter d'un Centre anti cancéreux comportant les services suivants: radiothérapie, médecine nucléaire, oncologie médicale, anatomie pathologie. Le service de radiothérapie a comme équipement, 2 accélérateurs de 15 MV de marque Elekta, un curietron, un simulateur scanneur et un atelier de confection de caches personnalisés.

Nous souhaitons avoir un appui pour la mise en route de notre service de radiothérapie et un accompagnement à moyen ou long terme de notre centre car nous manquons de ressources humaines.

Quatre jeunes médecins sont en formation de radiothérapie et trois autres en physique médicale. Mais en attendant que ces jeunes soient formés, nous sollicitons votre aide en ressources humaines pour démarrer ce service le plus tôt possible. Pour le personnel, nous mettons à la disposition de chaque membre une villa et un véhicule. Le salaire sera négocié d'un commun accord.

Par ailleurs, une proposition pour la médecine nucléaire sera également appréciée.

Professeur Ernest BELEMBAOGO
Responsable de l'Institut de cancérologie de Libreville
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél: +241 07 47 69 19 ou +241 06 25 26 18

Gabon : 130 cas de cancer déclarés

''La situation du cancer au Gabon n'est pas alarmante. Car au niveau du Gabon, on peut saluer les efforts des plus hautes autorités du pays parmi lesquels le président de la République, Ali Bongo Ondimba, avec la mise en place de l'Institut de Cancérologie situé à Libreville, au quartier Angondjé, et qui va être une référence au niveau de l'Afrique Centrale pour la guérison des personnes atteintes de cette maladies'', a précisé le Directeur général de la santé.

Aussi, poursuit-il, jusqu'à un passé proche, le Gabon n'était pas encore confronté au problème du cancer au niveau de la santé publique. Et la plupart des maladies que connaissait le Gabon n'était que du domaine parasitaire ou infectieux. Mais au fil des temps, les modes comportementaux aussi bien alimentaires que sexuels des populations gabonaises ont changé. Ils sont devenus semblables à ceux de l'Occident. Du coup, explique t-il, les maladies qui étaient rares au Gabon devenaient de plus en plus fréquentes. C'est le cas des maladies non transmissibles parmi lesquelles ''le cancer''....

Lire la suite : gabon.senego.com