Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

France : La Ligue Réagit aux déclarations prononcées au sommet de l'ONU

France LNCCDans le cadre de son combat actif pour « sortir la France du tabac avant 2030 » et part son militantisme pour que la prévention devienne un outil de protection des populations en matière de santé*, la Ligue contre le cancer réagit aux déclarations prononcées à l’occasion du Sommet de l’ONU à New York le 19 septembre.
Si la Ligue contre le cancer se félicite des conclusions de M. Ban Ki Moon et de Xavier Bertrand, elle reste frustrée. Les financements innovants, tant cités lors du Sommet ne sont aujourd’hui pas précisés. Le combat reste entier. La Ligue, force de propositions et d’actions, appelle donc à une mobilisation concrète et exige des décideurs français et de la communauté internationale, l’instauration d’actions et de mesures efficaces lors du prochain G20, sommet placé sous la présidence française. Elle réclame des mesures précises et un agenda strict.

Lire la suite : www.ligue-cancer.net

2011 - Quatre dangers universels : tabac, sédentarité, mauvaise alimentation, usage nocif d’alcool

Lutter contre quatre risques quand la population s’y expose... et contre quatre groupes de maladies chroniques qui explosent.

Il s’agit ici de prendre en charge les citoyens du monde...

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) publie son rapport sur l’état de santé de la population mondiale concernant "les maladies non-transmissibles" (MNT). C’est un concept de santé publique qui permet de différencier les maladies infectieuses des principales autres causes de "morbidité" et de "mortalité" [1], au niveau mondial. C’est pour l’OMS le défi du XXIe siècle.

Ces statistiques sont attendues depuis plusieurs années car elles demandent un travail considérable de recueil, de traitement et de diffusion des données épidémiologiques. Chaque État membre [2] a ses propres capacités nationales de lutte contre les MNT, parfois "inexistantes"...

Deux tiers, soit 36 millions des décès, en 2008, sont dus à quatre groupes de maladies :

  • les maladies cardiovasculaires (dont les accidents vasculaires cérébraux dus à l’hypertension artérielle, par exemple, ou bien les maladies coronaires, etc.) ;
  • le diabète (dont le diabète de type 2 qui croît defaçon vertigineuse dans le monde, parallèlement à l’obésité qui représente son facteur de risque principal, par syndrome métabolique [3] envahissant les pays dits émergents) ;
  • le cancer (les cancers sont la cause principale de décès en France, Ndlr) ;
  • les maladies chroniques respiratoires (dont l’asthme, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), les allergies respiratoires, les maladies professionnelles [4]...).

Leurs facteurs de risque et leurs déterminants (tabac, insuffisance d’activité physique, pression artérielle, obésité, cholestérol, infections liées aux cancers...) constituent, selon l’OMS, un élément clé du : Plan d’action 2008-2013 pour la mise en œuvre de la stratégie mondiale de l’OMS de prévention et de lutte contre les maladies non transmissibles.

Selon l’OMS, les pays à revenu faible et intermédiaire sont les plus touchés par l’explosion de maladies chroniques. Selon les données disponibles ils cumulent 80% des décès.

La capacité de l’énorme institution OMS est à reconnaître. On l’imagine ci-après tentant de globaliser la santé dans le monde quand elle résume en quatre lignes ses nouveaux combats :

  • dans le monde entier, l’expansion de l’obésité est redoutable ;
  • le vieillissement démographique donne son lot de malades chroniques et de personnes malades ou dépendantes ;
  • l’urbanisation est rapide et anarchique ;
  • la mondialisation des modes de vie "malsains" est bien réelle.

Lire la suite

ONU : les Etats promettent des politiques de prévention contre les maladies non transmissibles

Les Etats membres des Nations Unies ont adopté lundi une déclaration promettant de mettre en oeuvre des politiques de prévention et de traitement des maladies non transmissibles (MNT), telles que les cancers, les cardiopathies et le diabète.

Cette déclaration politique, adoptée lors d'une réunion de haut niveau de l'Assemblée générale de l'ONU sur la prévention et la maîtrise des MNT, souligne notamment la nécessité de réduire les facteurs de risque, à savoir le tabagisme, l'alimentation malsaine, le manque d'exercice physique et l'abus d'alcool, "en mettant en oeuvre les stratégies et accords internationaux pertinents, ainsi que des mesures éducatives, législatives, réglementaires et fiscales".

Dans la déclaration, les Etats membres déplorent "avec une profonde préoccupation que, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 36 millions des 57 millions de décès enregistrés dans le monde en 2008 étaient dus à des maladies non transmissibles, principalement des maladies cardiovasculaires, des cancers, des maladies respiratoires chroniques et le diabète, près de 9 millions de ces décès étant survenus avant l'âge de 60 ans et près de 80% dans des pays en développement".

"Cette rencontre est une étape importante. Trois personnes sur cinq meurent dans le monde des maladies contre lesquelles nous sommes réunis ici", a déclaré lundi le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-mon, à l'ouverture de cette réunion de haut niveau.

Lire la suite : french.cri.cn

New York : Un moment fort et inattendu pour se faire entendre au sommet de l’ONU

Flash info, Communiqué de presse

Dans le cadre de son combat actif pour sortir la France du tabac, la Ligue contre le cancer poursuit sa mobilisation auprès des pouvoirs publics internationaux à l’occasion du Sommet de l’ONU qui se tiendra à New York les 19 et 20 septembre prochains. Cette session extraordinaire consacrée aux maladies non transmissibles (MNT), fera notamment le point sur les causes et facteurs des cancers évitables. À cette occasion et pour permettre de financer des actions efficaces et pérennes, la Ligue demande la mise en place sans délai d’un prélèvement solidaire tabac « à la source » payé par les industriels du tabac.

Télécharger le document pour lire la suite

Pose de la 1ère pierre d'un centre de prévention et de recherche sur le cancer à Touba

adama lyBientôt un centre de dépistage du cancer à Touba. La pose de la première a eu lieu ce 18 Mai 2011 à Ndindy. La cérémonie a été présidée par Serigne Cheikh Bara Mbacké représentant le Khalif Général des Mourides et par le Docteur Adama Ly responsable de Afro Cancer.

Selon le Docteur Ly , les raisons du choix de la ville de Touba s'expliquent par les facilités offertes par la ville dont la première est sans doute la mise à disposition d'un terrain de 2500 mètres carrés par Cheikh Mouhamadou Lamine Bara. La deuxième raison est le besoin de décentralisation dans le cadre du développement durable.

Ce projet s'inscrit dans le large cadre de lutte contre le cancer qui est un problème de santé publique dans les pays en développement. Il concerne près de 600 000 personnes en Afrique avec une mortalité importante de l'ordre de 518 cas.

Lire la suite : xibar.net