Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

AFROCANCER

Pays : France afrocancer
Président : Adama LY
Adresse : B.P. 60751
75827 Paris cedex 17
Téléphone : +33 140124308
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site Internet : www.afrocancer.org
Facebook : www.facebook.com/afrocancer 

Cancer professionnel : la difficile question de la reconnaissance

France

N’en déplaise à Henri Salvador, le travail ce n’est pas toujours la santé. Dans certaines professions, les salariés sont soumis à des produits, processus ou tâches qui entraînent, même bien des années après, une maladie. Celle-ci peut se caractériser par un mal de dos, mais peut aussi se révéler mortelle et se développer en cancer.

Lire la suite...

Le Centre de prévention et de recherche sur le cancer (Ceprec) de Touba (Sénégal

L'impact épidémiologique des cancers en Afrique comme à l'échelle mondiale est de moins en moins soutenable, tant le nombre de malades et de décès ont augmenté au cours des dernières années : 12,7 millions de nouveaux cas et 7,6 millions de morts dans le monde, 667 000 nouveaux cas et 521 000 de morts en Afrique en 2008. Les pays en développement supportent actuellement 63 % du fardeau de cette pathologie et en supporteront davantage (70 % des décès) d'ici les 20 prochaines années à venir.

Au Sénégal, à l'instar de nombreux pays africains, les cancers posent un épineux problème de santé publique. Les populations subissent les affres du cancer en termes d'incidence (6 646 nouveaux cas en 2008) et de mortalité (5 126 décès en 2008). Ces chiffres seront en augmentation d'au moins 40 % d'ici à 2020 (9 567 nouveaux cas et 7 337 morts par an) et encore plus alarmants en 2030 (13 536 nouveaux cas et 10 477 morts par an) selon les dernières prévisions de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ces données illustrent le pessimisme ressenti sur la progression des cancers au Sénégal et en Afrique. Cette situation est d'autant plus sinistre qu'elle concerne de façon exacerbée les pays les plus démunis et les populations les plus pauvres de nos régions, notamment celles vivant dans les zones rurales. Les infrastructures et les ressources humaines sont encore limitées pour faire face efficacement à cette avancée des maladies tumorales dans le pays.

Lire la suite : Cliquez ici !

Adama Ly : "Le cancer va littéralement exploser en Afrique"

adama-ly-afrocancerChercheur à l'Inserm, à Paris, le cancérologue sénégalais a mis ses compétences au service de l'Afrique. Son sacerdoce : faire connaître la maladie, étudier ses causes et trouver des traitements.

Après un internat à l'Institut Gustave-Roussy (IGR) et à l'hôpital Paul-Brousse (université Paris-XI) de Villejuif, Adama Ly a effectué un postdoctorat au Sidney Kimmel Cancer Center, aux États-Unis. Chercheur à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), à Paris, depuis 2002, il a créé l'association Afrocancer en 2005 et codirigé avec le Pr David Khayat un ouvrage collectif de référence : Le Cancer en Afrique, de l'épidémiologie aux applications et perspectives de la recherche biomédicale (éd. INCa, 2007). À 47 ans, son nouveau défi est l'ouverture en 2013 à Touba, au Sénégal, du Centre de prévention et de recherche sur le cancer (Ceprec), première infrastructure du genre en Afrique de l'Ouest....

Lire la suite : jeuneafrique.com

Pose de la 1ère pierre d'un centre de prévention et de recherche sur le cancer à Touba

adama lyBientôt un centre de dépistage du cancer à Touba. La pose de la première a eu lieu ce 18 Mai 2011 à Ndindy. La cérémonie a été présidée par Serigne Cheikh Bara Mbacké représentant le Khalif Général des Mourides et par le Docteur Adama Ly responsable de Afro Cancer.

Selon le Docteur Ly , les raisons du choix de la ville de Touba s'expliquent par les facilités offertes par la ville dont la première est sans doute la mise à disposition d'un terrain de 2500 mètres carrés par Cheikh Mouhamadou Lamine Bara. La deuxième raison est le besoin de décentralisation dans le cadre du développement durable.

Ce projet s'inscrit dans le large cadre de lutte contre le cancer qui est un problème de santé publique dans les pays en développement. Il concerne près de 600 000 personnes en Afrique avec une mortalité importante de l'ordre de 518 cas.

Lire la suite : xibar.net