Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Abidjan abrite la 4ème édition des rencontres de l'ALIAM sur la problématique de la lutte contre le cancer

090415

Abidjan, 9 avr (AIP)- La 4ème édition des rencontres de l'Alliance des ligues francophones africaines et méditerranéennes (ALIAM), prévue pour se tenir de vendredi à dimanche, à Abidjan, sur le thème "la Francophonie contre le cancer", a été lancée, jeudi, lors d'une conférence de presse co-animée par des représentants de cette organisation.
Les conférenciers, Pr Adoubi Innocent, Dr Marc Keller, Dr Comoé Kouassi et Mme Bintou Bourgoin ont souligné que ces travaux d'échanges obéissent à une volonté de mutualiser les forces en vue de lutter efficacement contre le cancer dans les pays francophones dont la Côte d'Ivoire.

La version française du document « Atlas du cancer » qui comporte les dernières statistiques de l'OMS sur le cancer sera présenté lors de cette activité, a-t-on appris.
Plusieurs sujets seront abordés durant ces trois jours portant notamment sur l'état des lieux des soins palliatifs en Afrique francophone sub-saharienne, les stratégies dans la prévention des cancers féminins en Afrique et la lutte contre le cancer en Côte d'Ivoire.

Le Pr Adoubi représentant du Programme national de lutte contre le cancer (PNLCa) a relevé qu'il est "urgent" qu'il y'ait en Côte d'Ivoire des centres de radiothérapie (traitement du cancer par les rayons X) qui aideraient à réduire le taux de mortalité occasionné par ces pathologies, soulignant au passage que le Ghana voisin en dispose cinq.
L'AlIAM regroupe 82 associations de 28 pays et a pour objectifs d'aider à la réduction du taux de cancer sur les populations en informant et sensibilisant le public, en formant les professionnels de santé, en menant des actions de plaidoyer pour faciliter l'accès aux soins et en œuvrant à promouvoir et à développer la lutte contre le cancer dans tous ses aspects par les échanges Sud/Sud et Nord/Nord.

Depuis sa création en 2009, plusieurs rencontres ont été organisées dans différents pays. Cette année, la Côte d'ivoire a été retenue pour l'organisation de la 4ème édition en collaboration avec le PNLCa et sept structures ivoiriennes de lutte contre la dite pathologie dont la Ligue ivoirienne contre le cancer.
Les représentants des structures membre de l'ALIAM de près d'une vingtaine de pays sont attendus à ces rencontres ainsi que d'éminents professionnels de santé nationaux et internationaux.

Le cancer est responsable d'un décès sur huit dans le monde. En 2012, quelque 14,1 millions de nouveaux cas de cancer ont été relevés et l'on a enregistré 8, 2 millions de décès liés à cette pathologie.

(AIP)
amak/cmas

Abidjan va abriter les 4èmes rencontres de l’ALIAM du 10 au 12 avril

Abidjan 4emes Rencontres

A la demande du Programme national de lutte contre le cancer (PNLCA) et des associations actives dans ce domaine, Abidjan abritera du 10 au 12 avril, les 4èmes rencontres de l'Alliance des ligues francophones africaines et méditerranéennes contre le cancer (ALIAM).

Au centre de ce forum, l'impact de la sensibilisation des associations et autres Ongs pour faire reculer la maladie. ''S'il n'y a pas de sensibilisation, s'il n'y a pas de prise de conscience de la population, le cancer va avoir un impact très négatif sur la capacité de réaction de nos hôpitaux parce que le nombre va en croissant et les moyens sont modestes pour faire face à cela'', a averti le Pr. Innocent Adoubi, Coordonnateur du PNLCA, ce mercredi 8 avril au siège de ladite structure à Treichville. Il était face à la presse en prélude aux 4èmes rencontres de l'ALIAM.   

 

Premier forum franco-africain de cancérologie de Paris: la Côte d’Ivoire à l’honneur

CI cancerDr Raymonde GOUDOU COFFIE, ministre de la santé et de la lutte contre le SIDA, participe ce mardi 03 Février 2015 au premier forum de haut niveau sur le cancer qui a pour thème : « les systèmes de santé et l'accès à l'innovation en termes de coûts, de politique de développement de la santé, de ressources humaines et de matériels ». Au cours de cette rencontre qui réunit tous les cancérologues français et africains, Dr Raymonde GOUDOU COFFIE, invitée d'honneur dudit forum se prononce sur le système de santé ivoirien dans son organisation, son financement, et sa gestion en termes d'acquis et faiblesses; les résultats majeurs obtenus; les reformes ou innovation pour améliorer l'accès à des soins de qualités et les perspectives.

Plus spécifiquement, la ministre ivoirienne de la Santé et de la Lutte contre le SIDA a dévoilé la stratégie nationale de prise en charge du cancer qui constitue de plus en plus un problème de santé public pour notre pays.
En effet, selon le rapport de GLOBOCAN (structure internationale qui publie les statistiques sur le cancer) 12002 nouveaux cas ont été enregistrés en 2012 contre 9700 en 2000.

Aussi, pour faire face à cette menace, le Gouvernement ivoirien, a renseigné la ministre de la santé et de la Lutte contre le SIDA, a développé des stratégies de préventions, de diagnostics précoces et d'accès aux soins.

Cette stratégie qui repose en partie sur la prévention a été à la base de la vaccination de 16 000 jeunes filles contre le papillomavirus humain pour leur éviter le cancer du col de l'utérus. De même, 70 sites de dépistages du cancer du col de l'utérus ont été installés à travers le pays et 30 000 femmes ont été dépistées.
Une unité d'immunohistochimie, poursuit-elle, a été installée pour le diagnostic de certains cancers avec l'appui du laboratoire ROCHE et une convention a été signée entre le gouvernement et ce même groupe ROCHE pour offrir une thérapie ciblée à 5000 femmes atteintes d'un cancer de sein entre 2015 et 2020.

Pour la prise en charge du cancer pédiatrique, Dr Raymonde Goudou a fait savoir qu'un protocole d'accord a été signé entre la fondation LALLA SALMA et le Ministère de la santé et de la lutte contre le sida.

Raymonde Goudou Coffie : "Le cancer est un gros problème de santé publique en Côte d'Ivoire"

Raymonde Goudou Le Dr Raymonde Goudou Coffie, la ministre ivoirienne de la Santé, a participé à la 1ère Journée du cancer en Afrique, organisée dans le cadre du Congrès mondial des traitements anti-cancéreux (Icat-2015), à Paris, le 3 février. L’occasion pour elle de revenir sur l'évolution de cette redoutable maladie en Afrique et sur les différentes mesures prises par son gouvernement pour la combattre.

Jeune Afrique : Le nombre de cancers augmente de manière constante en Afrique. La Côte d’Ivoire est-elle aussi touchée par le phénomène ? Et si oui, quels sont les cancers qui y sont les plus fréquents ?

Dr Raymonde Goudou Coffie : Comme dans la plupart des pays africains, le cancer est aujourd’hui un gros problème de santé publique en Côte d’Ivoire. Un phénomène qui s’explique notamment par le fait que les traitements y coûtent souvent très cher mais aussi par ce que les cancers sont diagnostiqués très tardivement. La plupart des patients ne vont chez le médecin ou à l’hôpital que lorsqu’ils vont très mal, après avoir tout essayé pour calmer leur douleur et essayer nombre de traitements alternatifs. Selon les dernières statistiques dont nous disposons, le cancer du sein est le premier cancer en Côte d’Ivoire. Viennent ensuite celui du foie, de la prostate, puis celui du col de l’utérus.

Quelles sont les mesures prises par votre gouvernement pour lutter contre le cancer ?

Dans le cas du cancer du sein, par exemple, nous avons décidé de mettre la priorité  sur le dépistage précoce. Un travail à mener sur toute l’étendue du territoire, avec l’appui des ONG engagées dans la lutte contre le cancer. Dans ce cadre, nous bénéficions aussi de l’aide de la Fondation Lalla Salma du Maroc  – l’épouse du roi -  afin d’ouvrir des centres de dépistages. Nous avons aussi débuté des campagnes de sensibilisations des femmes, à l’intérieur de nos structures sanitaires d’abord,  pour que certains gestes comme la palpation des seins deviennent automatiques lors de certaines consultations.

Lire la suite

Inauguration d'un centre paramédical le 14 août

Centre pramedical Cote IvoireDepuis la création de AIM en avril 2013, l'association française Coup de Pouce Humanitaire nous appuie dans la mise en place de nos programmes et notamment celui dédié au handicap. Ce programme comporte deux volets l'un éducatif et l'autre paramédical. 4 équipes en une année, 51 volontaires sont venus nous accompagner dans nos projets en faveur des enfants en situation de handicap issus de familles démunies.

L'été 2013, Coup de Pouce a soutenu AIM pour la mise en place du volet éducatif en réhabilitant trois salles de classe au sein du groupe scolaire Abraham, deux d'entre-elles sont actuellement des classes pour les enfants en situation de handicap (classe d'éveil et de communication gestuelle), la 3ieme classe a été affectée au programme d'autonomisation de femmes pour la classe d'éducation féminine où 10 femmes suivent une formation d'apprentissage au métier de la couture.

En 2014, Coup de Pouce nous soutient au niveau du volet paramédical avec la construction du centre d'accompagnement paramédical pour enfant et adolescent en situation d'handicap au sein du centre de santé urbain communautaire de Gonzagueville.

 

Le jeudi 14 août aura lieu l'inauguration du centre paramédical.

Cette cérémonie marquera également la fin des Chantiers de construction du programme Handicap d'AIM. à cette occasion et en présence de Mme Hélène Faure Poitou , co-fondatrice de l'association Coup de Pouce Humanitaire, un arbre sera planté symbole de VIE.