KIMI

Pays : Burkina-Faso KIMI
Présidente : Sika KABORE
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet : 
Facebook : 

Burkina Faso: KIMI chez son Altesse Royale la princesse Lalla Salma

L'Association d'Aide à la Santé Préventive a pris part à la conférence internationale sur le contrôle du cancer du 12 au 14 janvier 2012 dans la ville touristique de Marrakech, au MAROC.

Reconnue pour ses actions bénéfiques en faveur des populations vulnérables, la lutte contre les cancers gynécologiques, les maladies non transmissibles et les maladies tropicales négligées, l'Association KIMI de Madame Sika KABORE a été invitée par l'Association Lalla Salma de Lutte contre le Cancer.

Cette Association fondée par Son Altesse Royale La Princesse Lalla Salma du Maroc oeuvre dans la lutte contre les cancers, y compris donc les cancers gynécologiques.

En Afrique et dans la Région Moyen-Orient, la fréquence élevée des cancers féminins constitue une véritable menace pour les populations.

Cela s'explique par le manque de politiques accrues, le manque de plateaux techniques adéquats et surtout la difficulté d'accès aux soins à cause de la pauvreté ou du coût élevé des médicaments anti cancéreux.

La conférence de Marrakech avait pour objectif l'approfondissement de la réflexion sur la prévention du cancer du col de l'utérus et l'élaboration de recommandations sur la coopération et l'accès aux soins du cancer.

A cet effet, elle a connu la participation des Premières Dames de plusieurs Etats d'Afrique et Leurs Altesses les Princesses de pays du Moyen-Orient, ainsi que d'éminents scientifiques et de personnalités internationales de premier rang.

Lire la suite : fr.allafrica.com 

Burkina Faso: Cancers gynecologiques feminins - Le gouvernement sous « le parapluie » de Kimi

KIMI (parapluie en langue Bambara), une association d'aide à la santé préventive, a organisé une grande conférence publique le samedi 7 janvier 2012 à Ouagadougou sur les cancers gynécologiques féminins que sont les cancers du sein et du col de l'utérus.

L'objectif était d'obtenir une plus grande implication du gouvernement dans la lutte contre ces cancers au même titre que les maladies infectieuses comme le SIDA. Et ce, par le démarrage d'un processus d'élaboration d'un programme national de contrôle des cancers gynécologiques féminins, avec la nomination d'un coordonnateur.

C'est dans une salle archicomble du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) de Ouagadougou que la grande conférence publique organisée par KIMI s'est tenue le soir du 7 janvier dernier...

Lire la suite : fr.allAfrica.com

Burkina Faso : Axes stratégiques -Cancer féminins - Ruban Rose

image2La population de Ouagadougou et environs sera sensibilisée à l’autopalpation des seins. La semaine du Ruban Rose est un cadre privilegié pour aider les femmes à vaincre leur peur quant au cancer du sein. Le cancer du sein est une tumeur maligne qui touche la glande mammaire. Les cellules malignes se multiplient de manière désordonnée jusqu’à créer une tumeur qui s’attaque aux autres tissus sains. Cette tumeur peut propager des cellules cancéreuses dans tout le reste de l’organisme. Plus un cancer du sein est détecté tôt, plus les chances de guérison totale sont grandes. Pour la femme et la jeune fille, il est donc important de surveiller attentivement les modifications de sa poitrine : ce qu’on appelle auto-examen des seins ou encore autopalpation des seins.
image5

Ainsi, toute grosseur nouvelle au sein ou à l’aisselle, toute modification de la forme ou de la taille du sein, tout écoulement par le mamelon, ou encore tout changement inhabituel de l’aspect de la peau du sein doivent être inquiétants. Car ils constituent les symptômes visuels les plus répandus et qui doivent alerter. Le cancer du sein se présente le plus souvent sous la forme d’une petite boule qui peut être palpée parfois par la femme elle-même. En fait, dans la plupart des cas il ne s’agit pas d’un cancer mais d’une tumeur bénigne.


Lire la suite :kimi.bf

Lancement d'une campagne de dépistage

Sika Kabore2Plan Koungoussi a abrité la cérémonie de lancement de la campagne régionale de dépistage sur le cancer du col de l’utérus organisé par le Conseil régional de la région du Centre-Nord. Elle était présidée par Mme Kaboré Sika, épouse du Président de l’Assemblée Nationale du Burkina faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Mme Sika Kaboré dirige l’association KIMI, qui a fait de la lutte contre le cancer du sein et du col de l’utérus, sa principale mission. Les locaux de Plan Kongoussi ont été identifiés comme cadre idoine pour ce lancement par le Conseil régional.


Environ 400 femmes et filles sont sorties, toutes portées par le slogan : « je me fais dépister régulièrement pour éviter le cancer du col de l’utérus ».

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le site de Plan Burkina.

Mme Sika Kaboré, présidente de l’association KIMI, Burkina Faso

Sika Kabore Mme A. Sika Kaboré se trouve au rang des femmes les plus en vue du Burkina Faso. Titulaire d’une Maîtrise en Droit à l’Université de Lomé, elle s’embarque pour la France où elle obtient un Certificat d’Etudes Supérieures Spécialisées d’Aptitude à l’Administration des Entreprises. De retour en Afrique, elle occupe le poste de Chargée d’Etudes Juridiques à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso.

Aujourd’hui, elle porte la casquette de Conseiller du Directeur Général de la Chambre de Commerce, chargée de l’Animation Consulaire. Mais cela ne l’empêche en rien d’œuvrer pour le bien-être des populations les moins nantis à travers KIMI, une association qui agit dans le cadre des femmes et enfants démunis et de contribuer ainsi à l’essor d’une Afrique nouvelle.

Dans une interview accordée à un magazine africain, la présidente de l’association KIMI relate la naissance de celle-ci : "En fait, l’idée de l’association s’est plus ou moins imposée à moi. J’ai plusieurs années de carrière derrière moi et, les responsabilités de mon mari [président de l’Assemblée nationale] aidant, je me suis tissée assez de relations : j’ai vu qu’il était bon de mettre tout ce capital à la disposition de mon pays. C’est comme ça, qu’avec des amis, nous avons eu l’idée de créer une association pour aider, les personnes à mieux se prendre en charge, d’un point de vue santé. Ainsi est née KIMI, qui signifie parapluie en Dioula, pour se protéger de la pluie et du soleil. Nous l’avons réinterprété dans un sens plus large pour traduire la notion de prévention et le caractère préventif des activités de notre association. Nous avons été reconnus officiellement en février 2006. Mais la vraie appellation c’est : Association d’Aide à la Santé Préventive, avec pour mission d’informer les gens sur les moyens de prévention des cinq principales maladies qui menacent la mère et l’enfant : il s’agit des cancers du sein et du col de l’utérus, de la Drépanocytose, du Trachome (appelée couramment la maladie des mains sales, qui rend aveugle) et de la Bilharziose."