Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Algérie: Des centaines de cancéreux en danger de mort à Tizi-Ouzou

Depuis des mois, des dizaines de malades du cancer ne sont pas soignés pour manque de médicaments et sont en réel danger de mort. Certains sont déjà décédés. Leurs médecins traitants, qui travaillent dans des conditions lamentables indignes d'un hôpital, ne veulent plus taire cette situation «catastrophique» générée par une gestion coupable d'un segment essentiel du traitement des tumeurs, à savoir le médicament.
«Il y a de grosses pénuries de médicaments au niveau du service oncologie médicale du CHU de Tizi-Ouzou. Par le passé, nous étions tenus par l'obligation de réserve, mais plus maintenant, si on ne dénonce pas, si on continue à camoufler cette situation, cela sera synonyme de complicité, on n'en peut plus ! » nous déclare le professeur Rabah Ferhat, chef de service oncologie médicale du CHU Nedir Mohamed, de Tizi-Ouzou qui accuse les responsables de l'administration du CHU, de la pharmacie, de la PCH et le ministre de tutelle de mal gérer le médicament des cancéreux.

Lire la suite : fr.allafrica.com

L’Algérie et la radiothérapie : mauvais points

ALG ENNOURLes 7e journées internationales de cancérologie de Constantine tenues les 14, 15 et 16 octobre au Palais de la culture Malek Haddad ont été une autre occasion pour les professionnels de la santé de tirer la sonnette d'alarme concernant la situation des malades atteints de cancer en Algérie. Cette année, le thème choisi est celui des cancers de la femme qui ont connu une augmentation d'incidence très nette depuis 1990. Selon le Pr Kamel Bouzid, président de la société algérienne d'oncologie médicale et chef du service oncologie du Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) d'Alger «le nombre de nouveaux cas de cancer du sein a été multiplié par six de 1990 à 2010», près de 10 000 nouveaux cas pour cette année.

Lire la suite : http://www.stomie.b

Algérie : "on ne doit pas prendre de nouveaux malades du cancer"

Tout nouveau malade cancéreux nécessitant une chimiothérapie ne peut avoir accès à ces soins au service d’oncologie du CHU d’Oran, à cause de la rupture de médicament qui dure depuis des mois. «25% des malades cancéreux ne sont pas soignés et nous ne pouvons pas prendre de nouveaux malades si cette pénurie de l’herceptile, indispensable dans la chimiothérapie, persiste», a déclaré le Pr Djilali Louafi, chef de service d’oncologie au CHUO et président du comité pédagogique national d’oncologie. Cette situation n’est pas propre à Oran puisque la pénurie est nationale et ce sont tous les malades cancéreux, à travers les wilayas du pays, qui souffrent de l’absence de soins.es médecins spécialistes tirent la sonnette d’alarme sur les conséquences désastreuses de cette rupture sur les patients qui ne cessent de faire des va-et-vient à l’hôpital sans qu’ils soient pris en charge. Pour le Pr Djilali Louafi, «pour tout malade qui se présente au service, son traitement doit être garanti pour qu’il termine toutes ses cures. Pour l’herceptile, qui coûte cher, entre 12 à 15 millions de centimes l’ampoule, ce sont des cures s’étalant sur une année. Il faut 18 cures. Nous, nous garantissons les 18 cures.

Lire la suite : http://www.fdesouche.com

Rencontre sur le cancer du poumon

Le tabac, principale cause de cette maladie
Par : Souhila HAMMADI

Lors du workshop sur le cancer du poumon, organisé hier au Sheraton d'Alger, conjointement par l'Association des médecins arabes de lutte contre le cancer (Amaac) et la Société algérienne d'oncologie médicale (Saom), il a été établi que ce type de cancer atteint essentiellement les hommes et, en premier lieu, ceux qui fument plus d'un paquet de cigarettes depuis quinze ans et plus. "25% des adolescents de 13 à 15 ans sont des fumeurs, dans le monde arabe. À l'âge de 30 ans, ils sont déjà exposés au cancer du poumon", a noté le Dr Sami Khatib, secrétaire général de l'Amaac.
Le tabagisme provoque aussi le cancer du larynx, de l'estomac, de la sphère ORL, de la vessie... Mais quand c'est le poumon qui est atteint, les chances de survie sont très minces pour la simple raison que la maladie est découverte, dans 80% des cas selon les spécialistes, aux stades 3 ou 4.
En clair, quand la médecine n'y peut plus rien ou très peu. "Si la prise en charge thérapeutique est mise en place tôt, c'est-à-dire la chirurgie associée à un traitement par adjuvant, les chances de survie augmentent sensiblement", a expliqué le Dr Ameur Karima, chirurgienne thoracique à l'hôpital Mustapha. "Il n'y a pas actuellement de moyens d'exploration fiables pour le dépistage précoce du cancer du poumon", a attesté le Dr Adda Bounedjar, du centre anticancéreux de Blida. Généralement, c'est fortuitement à l'occasion d'une consultation pour une tout autre pathologie que le cancer du poumon, qui évolue insidieusement sans signes cliniques, est découvert. Si la chance est du côté du patient, la maladie est encore à ses débuts.

Lire la suite

Le tabagisme, une principale cause du cancer du poumon en Afrique

Le tabagisme constitue une épidémie en plein expansion. Il reste la principale cause du cancer du poumon. C’est ce qu’a affirmé le dimanche 20 novembre à Alger le docteur Adda Bounedjar président du comité d’organisation du Work Shop Lung Cancer à l’initiative de l’association des médecins arabes de lutte contre le cancer (AMAAC) en collaboration avec la société algérienne d’oncologie médicale (SAOM).

Le Dr Bounedjar a expliqué que « 90% de ces nouveaux cas de cancer du poumon concernent des fumeurs. » Il a dans ce sens, appelé au renforcement des moyens de lutte antitabac en impliquant toutes les parties concernées.

De son côté, le secrétaire général de l’AMAAC a souligné que « le cancer du poumon est l’un des cancers les plus répandus dans le monde et qu’il est d’autant plus inquiétant qu’il est souvent découvert tardivement ». Selon le professeur, dans les pays arabes 80% des malades arrivent à un stade avancé de la maladie ce qui nécessite un diagnostique précoce de cette pathologie mortelle. Pour sa part, le professeur Kamel Bouzid, président de la SAOM, a saisi l’occasion pour évoquer l’arrivée de nouvelles molécules et les thérapies ciblées, qui constituent un véritable espoir pour certains types de cancer, dont celui du poumon.

Lire la suite