Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Algérie : Lutte contre le cancer - La réactivation du plan national recommandée

NASSIMALes intervenants ont estimé que l’ouverture de nouveaux centres anti-cancer "ne sera pas suffisante, sans la réactivation de ce plan, pour une prise en  charge efficiente des patients atteints de cancer". Il a été également recommandé la formation continue des médecins et  des spécialistes, à "la création de laboratoires de recherche, au respect du  timing dans les traitements et les rendez-vous des malades, sans discrimination, et à la rapidité dans la prise en charge des cas pour éviter les fâcheuses complications  du mal". Un appel a été lancé à l’adresse des associations sociales pour aider les malades démunis ne disposant pas d’assurance sociale à faire face aux importants frais nécessités pour la lutte contre cette maladie. Les participants à ces journées ont également plaidé pour la constitution d’un "dossier unique pour chaque malade" et "la mobilisation des moyens nécessaires pour la prise en charge des patients". Ils ont également souligné l’importance du diagnostic précoce pour la guérison totale de certains cancers  comme celui du sein.

Lire la suite :  http://www.wissal.dz

Algérie : Ses potions contre le cancer en vente - Al Hashimi, faux-docteur, vrai charlatan

0alhs fx dr algIl prétend guérir de tout : cancer, sida, diabète, psoriasis, hypertension artérielle, infertilité, panne d’érection…Toutes les maladies auxquelles la science n’a pas encore trouvé de remèdes. Son secret ? Huile d’olive, plantes naturelles et miel pur. Sa méthode? Ingestion de ces produits pendant une vingtaine de jours accompagnée de versets coraniques. Lui, c’est Mohamed Al Hashimi, médecin et théologien d’origine saoudienne, installé en Jordanie. Il compte ouvrir des centres en Algérie pour vendre ses potions magiques. Enquête sur un faux docteur miracle mais vrai charlatan.

Samedi 10 décembre, Mohamed Al Hashimi a eu droit à la Une du journal arabophone algérien Echourouk, premier tirage de la presse algérienne avec plus de 650 000 exemplaires-jour.

Invité au Forum de la rédaction, notre médecin explique aux journalistes du quotidien ses techniques de guérison miraculeuse qu’il entend mettre en pratique en Algérie.

Lire la suite : www.dna-algerie.com

Algérie : Santé - Maladie - Cancer

L'Algérie enregistre, selon l'Oms, 20 000 nouveaux cas de cancer par an et le cancer du sein représente 25% de ces cas. Sur une période de dix ans, la wilaya d'Alger a enregistré 12 000 cas de cancer.


Selon un chercheur, le professeur Bendib ( 28 mars 2005), 1 332 cas ont été traités dans différents centres du pays. Il s'agit d'Alger, de Constantine, d'Oran et de Blida, en 2 002, dont 705 ont été pris en charge au Cpmc d'Alger. Il a relevé que sur 683 cas, traités en 2003 au Centre Pierre et Marie Curie, 40,4% ont moins de 50 ans. 2% de femmes présentant un cancer du sein n'ont jamais eu d'enfant et 10% de l'ensemble des cancers sont familiaux. Sur l'ensemble des cas traités, 70% ont subi l'amputation et 30% ont bénéficié de traitements conservateurs.


Selon le professeur Bouzid du Cpmc (août 2005), l'Algérie a enregistré, en 2004, 30 000 nouveaux cas ( sein féminin :4 000 à 7 000 cas, cancer du poumon: 3 000 à 5 000 cas, le colorectum: :2 500 à 4 000 cas, la vessie: 1 800 à 3 000 cas, la prostate:1 200 à 2 000 cas. Les cancers de l'enfant représentent de 1 000 à 1 500 cas sur la totalité des cancers recensés).


En 2010, ces cas s'élèveraient à 60 000 nouveaux cas par an. Les raisons sont multiples: Augmentation de l'espérance de vie, du tabagisme, des pesticides et des additifs alimentaires, la pollution de l'eau, la pollution industrielle, les radiations ionisantes, les Uv, en plus des virus cancérigènes et génétiques qui représentent 10% des cancers familiaux.


Les études menées font ressortir qu'à stade égal, la survie des cancéreux algériens est identique à celle des cancéreux français. Le taux d'incidence du cancer en Algérie est de 77,6 sur 100 000 habitants pour les femmes et de 73,8 sur la même population chez les hommes.

Lire la suite : almanach-dz.com

Algérie: Thérapie incommode pour les cancéreux de l'est

La situation est critique ! Les pénuries en médicaments nécessaires à la prise en charge des cancéreux s'ajoutent aux difficultés de décrocher des rendez-vous à court terme pour des séances de chimiothérapie.

Ce constat a été fait maintes fois. Et les malades ne cessent de lancer des appels de détresse désespérés, que personne ne semble entendre. Les malades perdent espoirs et rendent l'âme parfois dans le silence avant même de bénéficier de leur rendez-vous de radiothérapie trop éloigné, s'étalant sur des mois.

«Parfois, lorsqu'on les convoque, aucune réponse ne nous parvient. On finit par comprendre que c'est fini...», lâche amèrement un spécialiste du service de radiothérapie au niveau du Centre anti-cancer (CAC). Les malades chroniques, dont les cancéreux, souffrent le martyre.

Lire la suite : fr.allafrica.com

Algérie : Prise en charge des cancéreux: Plaidoyer pour une implication du privé

Les associations de lutte contre le cancer interpellent encore une fois les pouvoirs publics, les appelant à définir rapidement le plan cancer.

Elles demandent au ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière ainsi qu'au ministère du Travail et de la Sécurité sociale d'identifier les différentes solutions appropriées pour surmonter les insuffisances dans la prise en charge de cette catégorie de malades. Après avoir proposé la prise en charge des cancéreux à l'étranger, notamment pour des cures de radiothérapie et chimiothérapie et après le refus des autorités, elles proposent le recours au secteur privé algérien pour lutter contre le cancer et permettre aux malades algériens des soins et un traitement à temps. Le président de l'association d'aide aux malades atteints de cancer El Badr de Blida, le Dr Moussaoui, estime qu'il serait préférable de soutenir le secteur privé et encourager la création de centres d'oncologie privés pour soigner nos malades cancéreux dans notre pays «puisque c'est une question de moyens, nous avons des potentialités financières importantes capables de remédier au manque de structures, d'équipements et de médicaments et nous avons également des potentialités humaines très importantes, l'Algérie compte d'éminents oncologistes et d'éminents cancérologues», a-t-il souligné. «Nous souhaitons que des conventions soient signées entre le privé et le public pour la prise en charge des cancéreux», a-t-il souligné, ajoutant que «l'important pour nous en tant qu'association est de voir nos malades soignés et traités dans de bonnes conditions».

Lire la suite : www.wissal.dz