Ennour

Pays : Algérie Ennour
Président : Mokhtar HAMDI CHERIF
Adresse : Hôpital Mère-Enfant CHU de Setif
19000 Setif
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site Internet : www.ennour-setif.org
Facebook : https://www.facebook.com/Daressabr/

Enregistrer

Algérie : Dar Essabr, la maison des patients et des parents à Sétif

dar sabrimg5
La maison des patients et des parents DarEssabr Setif est enfin prête pour le bonheur des parents et des patients de la région de Setif.

Erigée à proximité du centre anticancer
Dar Essabr, un rêve devenu réalité à Sétif

Cette maison d'accueil des patients et des parents, la première au niveau national, a été construite à proximité du centre anticancer de Sétif qui assurera, prochainement, des soins de radiothérapie pour pas moins de 5000 patients.

Les membres de l'association Ennour, d'aide aux malades atteints du cancer, met depuis quelques semaines les bouchées doubles pour finaliser le projet Dar Essabr.

En effet, nous avons appris qu'après l'achèvement de la construction et des finitions, avec l'aide des bienfaiteurs, le bureau de l'association active l'opération de décoration et d'ameublement de la maison qui doit être au rendez-vous, dès l'ouverture du service de radiothérapie du CAC, prévue au début du deuxième trimestre de l'année en cours. Selon le professeur Hamdi Chérif Mokhtar, épidémiologiste et président de l'association, cette maison d'accueil des patients et des parents, la première au niveau national, a été construite à proximité du centre anticancer de Sétif qui assurera, prochainement, des soins de radiothérapie pour pas moins de 5000 patients. "Dans cette maison, nous assurerons un toit, des soins, un support psychologique et une aide logistique. Son rôle est social et humanitaire. Les malades et leurs parents ont besoin d'une aide sociale, pour lutter contre cette maladie", nous dira Pr Hamdi. Et d'ajouter : "Cette maison prend en charge les malades et leurs parents, qui viennent des régions éloignées et qui doivent rester sur place pour des traitements souvent longs. La lutte contre le cancer est un véritable challenge, l'espoir pour une meilleure accessibilité aux soins et à la prise en charge viendrait des développements structurels et stratégiques (construction des centres anticancer), mais qui doivent être couplés avec une stratégie de lutte globale, allant de la prévention primaire jusqu'à l'accompagnement, impliquant la société civile de manière effective." Par ailleurs, nous avons appris que plusieurs hommes d'affaires et industriels de Sétif préparent la constitution d'une fondation pérenne qui assurera le bon fonctionnement de la structure.

Lire la suite

IMG 302746569330777

La priorité pour l'Association EN NOUR d'aide aux patients cancéreux, est la création d'une structure pérenne, La Maison des patients et d'accompagnants de Sétif « Dar Es SABR », un exemple de développement durable en Algérie

Le cancer est un véritable problème de santé publique en Algérie : environ 30 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués chaque année en Algérie.

Dans notre pays le cancer est devenu un véritable drame social et familial.

Plus d'infos

Album Photo
 

Algérie : L’Association Ennour se joint à l’ALIAM et à l’UICC pour mettre fin aux idées reçues et à la désinformation sur le cancer

Chaque année plus 14 millions de nouveaux cas de cancer et plus de 8 millions de décès par cancer dans le monde
En Algérie, Le cancer est un véritable problème de santé publique, environ 40.000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués chaque année. Ceci est du principalement à l'augmentation de l'espérance de vie des personnes âgées, la transformation de l'environnement et les changements de mode de vie. Le cancer et les autres maladies chroniques non transmissibles s'inscrivent aujourd'hui parmi les nouveaux besoins prioritaires en santé publique. Le cancer est devenu un fardeau, et un véritable drame social pour les malades, leurs familles et leurs entourages, d'autant que l'accessibilité aux soins reste très difficile. Dans la Wilaya de Sétif, 1500 nouveaux cas de cancer sont enregistrés chaque année, et 5000 nouveaux cas par an dans la région de Sétif.
Chaque année, l'Organisation Mondiale de la Santé, aux côtés de l'Union internationale Contre le Cancer, mettent en avant des moyens susceptibles de faire reculer la charge de cette maladie partout dans le monde. Plus du tiers des cancers pourraient être évités, uniquement par la prévention et l'information .La Journée Mondiale Contre le Cancer constitue l'occasion idéale pour le faire savoir.


Cette année la campagne de la Journée Mondiale Contre le Cancer, se focalise sur l'objectif 5 de la Déclaration Mondiale sur la Santé, qui consiste à réduire la stigmatisation et améliorer les connaissances générales sur le cancer en rejetant les idées reçues sous le thème: « Halte aux idées reçues ».

Il s'agit de lutter contre quatre mythes essentiels :


1-Parler du cancer, même si c'est un sujet difficile à aborder, en particulier dans notre société. Le fait de parler ouvertement de la maladie peut améliorer les situations à un niveau individuel et collectif.
-L'annonce d'un cancer est un événement bouleversant, choquant, qui peut inspirer la peur, la colère, la tristesse, la solitude et l'anxiété.
-Dans certaines régions de notre pays, le cancer reste un sujet tabou où les personnes atteintes d'un cancer souffrent d'une stigmatisation et d'une discrimination les poussant à refuser de se faire soigner.
-La perception négative du cancer par le public peut donner aux patients cancéreux l'impression qu'ils sont invisibles « quand on a un cancer, on est souvent mis à l'écart ».
-Donc, Parler du cancer autour de lui, aux membres de sa famille, à ses amis et collègues peut contribuer à surmonter ces difficultés.
Dans la Wilaya de Sétif les deux tiers des personnes interrogées partagent cette opinion
« Quand on a un cancer, mieux vaut en parler le plus possible avec ses proches».

2-Il existe des signes et des symptômes du cancer
La plupart des cancers s'accompagnent de signes et de symptômes. Le diagnostic précoce présente des avantages indiscutables.
Les premiers signes et symptômes ne sont pas connus pour tous les cancers. Mais pour de nombreux types de cancer, la connaissance de ces signes est importante.
-Les cancers détectés à un stade précoce sont plus facilement traitables que les cancers détectés à un stade avancé d'où l'importance de consulter dés l'apparition des premiers symptômes.
Selon le Registre du Cancer de Sétif les trois quarts des cancers sont diagnostiqués à un stade tardif T3, T4, et leurs chances de survie sont très basses.
-La sensibilisation du public et la formation des professionnels de la santé sur les signes et symptômes du cancer est indispensable.

3-On peut faire beaucoup de choses pour éviter le cancer
Il existe de nombreuses mesures pour lutter contre le cancer au niveau individuel, communautaire et politique.
-Le tabagisme, le facteur de risque le plus courant, est responsable du tiers des cancers et tue un consommateur sur deux.
-l'alcool est fortement lié à une augmentation du risque de beaucoup de cancers.
- Le surpoids et l'obésité sont entrain d'augmenter de façon alarmante dans notre pays. Ils sont fortement liés à une augmentation du risque de cancer et des autres maladies chroniques.
-L'exposition aux rayons ultraviolets (UV) est nocive. Et c'est la cause majeure du cancer de la peau.
-Des infections dues au virus de l'hépatite B, au papillomavirus humain et à la bactérie (HP) sont respectivement associées aux cancers du foie, du col de l'utérus et de l'estomac.
-L'exposition à des facteurs cancérigènes comme l'amiante, le benzène, le vinyle, le formol ... sur le lieu de travail augmente le taux de décès par cancer.
-Et La prévention reste le moyen le plus durable et affichant le meilleur rapport coût/efficacité pour réduire la charge du cancer sur le long terme.
-Le dépistage du cancer du sein, des cancers du col, et des cancers colo rectaux peuvent sauver plusieurs milliers de personnes du cancer.

4-On a le droit à l'accessibilité aux soins et à un traitement contre le cancer
Tout le monde a le droit d'accéder à des traitements et des services efficaces et prouvés, sur un pied d'égalité, et sans souffrir en conséquence.
Dans la Wilaya de Sétif, selon un sondage trois personnes sur cinq pensent que le cancer est une maladie incurable et que « Une fois on a un cancer, on ne peut rien faire ».
-Tout le monde devrait avoir accès, sans discrimination, aux services de santé dont il a besoin, ainsi qu'à des médicaments et à des technologies sûres, abordables et efficaces.- Les établissements de soins spécialisés en cancérologie permettent d'effectuer tous les traitements dans un même endroit, en proposant ainsi une équipe pluridisciplinaire de toutes les spécialités en relation avec la cancérologie.

L'ouverture du Centre Anti Cancer de Sétif, avec toutes ses spécialités, est l'espoir d'une meilleure accessibilité et prise en charge des malades atteints de cancer de toute la région.
-le cancer ne reconnait pas de frontière, et est susceptible de toucher toutes les populations à travers le monde.
- Et Il est moins coûteux d'investir dans la prévention, le dépistage et le diagnostic précoce du cancer que d'en gérer les conséquences.


Pr Mokhtar Hamdi Cherif

Constat amer du ministre de la Santé

Les nombreuses réunions tenues avec les cadres du secteur et les tournées dans les structures hospitalières de la capitale uniquement ont suffi au ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, fraîchement installé, de constater l’ampleur du drame qui frappe le secteur depuis quelques années.

Un constat déjà fait par ses prédécesseurs, pourtant du secteur, lesquels ont eux aussi promis, la main sur le cœur, de rendre la santé moins malade, mais en vain. Aucun d’eux n’a cependant été contraint de rendre des comptes concernant les faramineuses enveloppes financières injectées dans le secteur à chaque arrivée d’un nouveau ministre.

Rien ne va à tous les niveaux, n’ont cessé de répéter les professionnels de la santé, les gestionnaires administratifs et les malades.

L’ex-wali a découvert alors une situation qui semblait dépasser ses capacités à trouver des solutions à la mesure de son discours dès sa première sortie. «Le secteur de la Santé se trouve à la croisée des chemins», avait-il écrit dans une lettre ouverte adressée aux professionnels de la santé. Un membre du gouvernement vient encore une fois confirmer le délabrement et la déchéance que présente aujourd’hui le secteur et fait croire qu’il est porteur d’une vision pour la mise en œuvre des actions visant à le redresser, laquelle semble difficile à mettre en place, vu la complexité dans laquelle baigne actuellement la santé.

La correspondance vient exprimer le désarroi de Abdelmalek Boudiaf et corriger à la fois cette prétention de se porter en sauveur et vouloir régler la situation tout seul.
Un aveu qui explique que les choses sont plus complexes et que rien ne peut être fait sans l’adhésion des gestionnaires et surtout des professionnels de la santé, en l’occurrence les partenaires sociaux qui constituent aujourd’hui une force. «Je suis conscient  de la complexité des problèmes qui sont à l’origine de l’insatisfaction tant des citoyens, des pouvoirs publics que des professionnels de la santé», a-t-il souligné. La lettre de M. Boudiaf est à la fois une invitation au dialogue et une supplique pour une paix sociale face à une conjoncture particulière que connaît actuellement le pays. Son souhait serait sans aucun doute d’éviter les grèves cycliques qu’a connues le secteur ces dernières années et tenter de mettre en œuvre son «plan d’action».

Dans ce cadre, le ministre de la Santé signale que «l’ensemble des partenaires sociaux représentatifs seront inscrits dans une démarche de partenariat avec pour seule et unique ambition de réunir toutes les conditions permettant une meilleure prise en charge du malade».
Cette démarche, qu’il qualifie de sursaut, doit aussi passer, selon lui, par la réforme de la gestion des structures hospitalières sujettes à des critiques pour lesquelles «une action continue et permanente doit être engagée dans les brefs délais. Je tends la main à tous les professionnels de la santé pour réaliser ensemble ce sursaut en exploitant les moyens que recèle le secteur aux fins de valoriser les gisements de compétences», a-t-il écrit, lesquelles compétences sont de tradition généralement écartées pour mettre en avant les amis (es) ou les proches pour «mieux gérer» et «redresser les choses».

D. K.