En Afrique, la cigarette fait un tabac

1316697564-cigarette
L’Afrique est le nouvel eldorado de cigarettiers déprimés. Sa jeunesse est la cible idéale d’un marketing plus qu’imaginatif. Les nuages de nicotine ne s’arrêtent pas aux frontières. À mesure qu’elle s’estompe dans le ciel d’une Europe presque hypocondriaque, la fumée des cigarettes plane sur le continent africain.

Si l’Afrique n’est traditionnellement pas grande consommatrice, elle fait aujourd’hui l’objet de toutes les attentions de la part des grandes sociétés productrices. Éreintées par les campagnes antitabac dans les pays occidentaux, celles-ci entendent bien enfumer les Africains. Et ça marche. Après une progression de 62% entre 1995 et 2000, la consommation de cigarettes continue de croître sur le continent africain. Si la tendance actuelle se poursuit, le nombre de paquets vendus devrait encore doubler dans les douze ans à venir. Les Africaines fument de plus en plus et les Africains, tous sexes confondus, de plus en plus tôt. Dans certains pays, 10% des fumeurs commenceraient à crapoter dès l’âge de treize ans.

Lire la suite : gaboneco.com

Afrique : Cigarettes et Afrique quand le cancer du Nord s’attaque au Sud

tabac-europeL’Afrique est le nouvel eldorado de cigarettiers déprimés. Sa jeunesse est la cible idéale d’un marketing plus qu’imaginatif.  Les nuages de nicotine ne s’arrêtent pas aux frontières. À mesure qu’elle s’estompe dans le ciel d’une Europe presque hypocondriaque, la fumée des cigarettes plane sur le continent africain. Si l’Afrique n’est traditionnellement pas grande consommatrice, elle fait aujourd’hui l’objet de toutes les attentions de la part des grandes sociétés productrices. Éreintées par les campagnes antitabac dans les pays occidentaux, celles-ci entendent bien enfumer les Africains. Et ça marche. Après une progression de 62% entre 1995 et 2000, la consommation de cigarettes continue de croître sur le continent africain. Si la tendance actuelle se poursuit, le nombre de paquets vendus devrait encore doubler dans les douze ans à venir. Les Africaines fument de plus en plus et les Africains, tous sexes confondus, de plus en plus tôt. Dans certains pays, 10% des fumeurs commenceraient à crapoter dès l’âge de treize ans.

Le cancer du Nord s’attaque au Sud

Les conséquences sanitaires se profilent déjà. En 15 ans, le nombre de cancers du poumon pourrait tripler en Afrique. En 2030, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le tabagisme devrait faire 7 millions de victimes dans les pays en voie de développement, soit 70% du nombre total des victimes à l’échelle mondiale. Le Nord aura refilé son poison au Sud…

Lire la suite : www.sanfinna.com

Afrique : Endiguer les MNT selon l'OMS

endiguer mnt en afriqueUne étude de l'OMS révèle que les pays à faible revenu pourraient instaurer des stratégies pour prévenir et traiter les maladies non transmissibles qui sont à la base de près de 80% des décès, pour seulement 1,20 dollar par personne et par an.Le cancer, les cardiopathies, pneumopathies et le diabète sont des maladies dites non transmissibles. Ces maladies sont à la base de près de 80% des décès enregistrés dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Dans le souci d'aider ces pays à relever le défi, l'OMS a publié une série de solutions permettant de lutter contre ces maladies pour 1,20 dollar US par an et par une personne.

Lire la suite : fr.allafrica.com

New York : Le tabac au cœur des débats sur les MNT

cnct tabacLes représentants des différents états du monde se sont réunis les 19 et 20 septembre derniers à New-York pour le Haut Sommet de l’Organisation des Nations Unies sur les Maladies Non Transmissibles (MNT). Cette réunion très attendue avait pour objectifs de faire un point sur la situation des MNT dans le monde et d’établir un plan d’action à court et moyen terme. S’agissant entre autres des cancers, maladies cardiovasculaires et respiratoires, le Comité National Contre le Tabagisme tient à rappeler la nécessité, de mettre en œuvre avec force les mesures du traité de l’OMS pour une réduction de la consommation de tabac en France et soutient l’instauration d’une taxation dynamique des produits du tabac pour financer ces mesures.

Le Haut Sommet de l’Organisation des Nations Unies s’est achevé hier à New-York. Cette réunion de haut rang a rassemblé les représentants de différents Etats afin d’établir un plan d’action mondial pour une diminution des Maladies Non Transmissibles (MNT), qui tuent chaque année 35 millions de personnes dans le monde. Les MNT, c'est-à-dire les cancers, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques et le diabète, constituent des problèmes majeurs de santé publique et d’économie. Ils constituent clairement une menace majeure pour les systèmes de santé et de véritables obstacles au développement pour nombre de pays. La majorité de ces maladies ont en commun des facteurs de risque évitables liés au mode de vie, en particulier la consommation de tabac.

Lire la suite : www.cnct.fr

New York : Déclaration de soutien au projet de document final proposé par l'Alliance contre les MNT

Le réseau mondial du WCRF travaille en partenariat avec d’autres organisations afin de garantir une mobilisation politique cohérente et unifiée lors de la préparation du Sommet de l’ONU sur les MNT.

Nous soutenons le travail effectué par l'Alliance contre les MNT (NCD Alliance) qui réunit des centaines d’organisations non gouvernementales (ONG) du monde entier, toutes engagées dans la lutte contre les MNT.

L’Alliance contre les MNT a élaboré un projet de document final pour le Sommet de haut niveau de l’ONU sur les MNT qui doit se tenir en septembre prochain. Ce document recommande 34 mesures que les gouvernements du monde entier devraient s’engager à mettre en oeuvre.

Ce rappel des principaux éléments de prévention et contrôle des MNT a pour but de fournir des informations et d’enrichir le document final du Sommet de l’ONU qui sera mis au point en septembre.

Pourquoi nous soutenons le projet de document final proposé par l'Alliance contre les MNT, par Marilyn Gentry, Présidente du réseau mondial du WCRF.

Depuis son identification il y a trente ans, le SIDA a provoqué d’innombrables souffrances. Heureusement, le nombre de décès dans le monde est aujourd’hui en baisse et je pense que le premier Sommet de l’ONU sur le VIH et le SIDA qui s’est tenu en 2001 y a fortement contribué, d’une part en définissant un programme d’actions à mettre en oeuvre pour diminuer l’incidence du VIH et du SIDA, et, d’autre part, en attribuant à ce programme les moyens financiers nécessaires. Le Sommet de haut niveau de l’ONU sur les maladies non transmissibles (MNT) qui doit se tenir en septembre prochain sera la seconde réunion de ce type en l’espace de dix ans. Elle se concentrera sur le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète et les maladies respiratoires (les pneumopathies chroniques).

Lire la suite : www.fmrc.fr