Développements récents pour les soins du cancer en Afrique

GAVIEn 2030, selon les prévisions du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), il y aura plus de 21 millions de nouveaux cas de cancer et 13 millions de décès chaque année. La majeure partie de ce fardeau sera portée par les pays en voie de développement – le Forum économique mondial estime que le cancer coûtera aux pays à faible ou moyen revenu 1,5 milliards de dollars américains sur les 14prochaines années.

Sur à peu près la même période, les décès par maladies infectieuses baisseront de près de 7 millions par an. Par ailleurs, l'OMS estime que les pays pauvres pourraient introduire un embrayage de stratégies de base pour lutter contre le cancer, les maladies cardiaques, le diabète et les maladies pulmonaires pour seulement 1,20 $ par personne et par an. Raison de plus, alors, pour une action immédiate, et plusieurs développements récents suggèrent que les perspectives pour l'Afrique en particulier pourraient être en train de s'améliorer.

Lire la suite: http://www.thelancet.com

La solidarité au pluriel, de Ouargla à Marrakech

La solidarité au pluriel n'est pas qu'un slogan au sein de l'Alliance des Ligues francophones Africaines et méditerranéennes (ALIAM) mais une réalité. Ainsi, le Pr Mansouri Nadia Hattab, présidente de SOS Face Marrakech (www.cmf.marrakech.on.ma), dans un élan de générosité, propose de prendre en charge la patiente de l'association Rahma (Ouargla, Algérie).

Son équipe, l'ensemble de son association et tous ceux qui s'associent à cette action démontrent le sens de la solidarité humanitaire qui les anime et le degré de compétence et de professionnalisme mis à la disposition des populations.

Cette action rentre dans le cadre des objectifs de l'ALIAM à savoir développer les échanges Sud/Sud (entre les associations membres) et valoriser les compétences des professionnels de santé dans les pays à faibles et moyens revenus.

Tunisie: Création de l'association des malades du cancer (AMC)

C'est la première association tunisienne créée par des malades pour des malades. Sa présidente, Mme Raoudha Zarrouk, est une battante contre le cancer qui l'a frappée en 2000. Au cours de ses dures années de lutte contre la maladie, elle a fait de sa souffrance, de sa peur de la mort toute proche, de son désarroi et celui de sa famille, des armes pour vaincre son cancer et, en même temps, une source d'énergie intérieure pour aider les autres malades physiquement faibles, moralement fragilisés et socialement sans ou avec peu de ressources. Une fois guérie, Raoudha Zarrouk s'est consacrée aux malades du cancer, leur apportant aide et réconfort, partageant leurs souffrances qu'elle a vécues et leur transmettant son amour de la vie, son courage et l'espoir de guérison. Souhaitant élargir son champ d'action, elle engage une action avec sept amis et proches, guéris du cancer, sauf un en cours de traitement.

 

France : Sénégal-Tabac-Lutte

artoff87120Dr Abdoul Aziz Kassé : ‘’Les lois sont moins contraignantes et l’administration plus complaisante dans nos pays’

Dakar, 28 nov (APS) – La lutte contre le tabac est entravée au Sénégal et dans les pays en développement par le fait que les lois sont moins contraignantes et l’administration plus complaisante, a indiqué le président de la Ligue sénégalaise contre le tabac, estimant que cette situation pousse les industries de tabac à se replier en Afrique.

La lutte contre le tabac a si bien marché dans les pays occidentaux que les industries de tabac se sont repliées vers les pays d’Afrique et les pays en développement où les textes réglementaires contre le tabac sont moins contraignants, a dit le Dr Abdoul Aziz Kassé, lundi à Dakar, lors d’un point de presse sur la baisse du prix du tabac.
Lire la suite : http://www.aps.sn