Monde : L’état des lieux

cancer etat des lieuxA l'occasion de la journée Mondiale contre le cancer, voici les derniers chiffres à connaître sur l'extension de la maladie. Ces statistiques permettent de mesurer le fléau, désormais prédominant dans les pays du Sud comme dans les pays développés. Où l'on apprend aussi que le nombre de guérisons va grandissant.

Triste palmarès : la maladie cancéreuse constitue la première cause de mortalité sur la planète, et la deuxième cause de décès après les maladies cardio-vasculaires dans les pays développés.

Selon les dernières statistiques, qui datent de 2008 (1), cette situation se profile à l'identique dans les pays dits « à transition », c'est-à-dire à revenu intermédiaire comme ceux d'Amérique du Sud et d'Asie. Plus de la moitié des cas de cancer surviennent déjà dans des pays en développement.

Sur la période 2003-2007, le taux standardisé de mortalité à la population mondiale atteint 162,6 décès pour 100 000 hommes et 79,9 décès pour 100 000 femmes...

Lire la suite : La maison du cancer

Environ 30% des cancers pourraient être évités en changeant son mode de vie

tabacEnviron 30% des cancers pourraient être évités en changeant son mode de vie, a rappelé vendredi l'OMS (Organisation mondiale de la santé), à la veille de la célébration de la journée mondiale contre le cancer.

L'OMS indique que l'on peut éviter les principaux facteurs de risques, comme le tabagisme, l'obésité, la consommation insuffisante de fruits et légumes, le manque d'exercice, l'alcool, ou la pollution de l'air dans les villes.

A lui seul, le tabagisme "est le facteur de risque cancéreux le plus important, représentant 22% de la mortalité par cancer". 

Lire la suite :  lesechos.fr

Contrôle du cancer au Moyen-Orient et en Afrique

S.A.R. la Princesse Lalla Salma préside la cérémonie de signature de plusieurs conventions de jumelage et de partenariat avec l'ALSC

Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma, présidente de l'Association Lalla Salma de lutte contre le cancer (ALSC), a présidé samedi à Marrakech, à l'issue de la clôture des travaux de la conférence internationale sur le contrôle du cancer au Moyen-Orient et en Afrique, la cérémonie de signature de six conventions de coopération et de partenariat entre ladite association et d'autres acteurs opérant dans ce domaine.

Ces conventions de coopération et de jumelage se veulent la concrétisation de la volonté des participants à cette conférence (12 au 14 janvier) de consolider le partenariat étroit entre les pays de l'Afrique et ceux du Moyen-Orient....

Lire la suite : africatime.com

Santé : la redoutable évolution du cancer en Afrique

chirurugie-salah-azaiezLe paludisme et le sida font oublier que le cancer fait aussi des ravages sur le continent. Or sa progression y est des plus alarmantes. Une bataille sanitaire de grande ampleur doit s'engager d'urgence, qu'aucun pays ne peut gagner seul.

Le cancer tue plus que le paludisme, la tuberculose et le sida réunis. À l'échelle mondiale, il cause plus de 7 millions (13 %) des décès chaque année. Et l'Afrique n'est pas épargnée. Loin de là. Si des mesures de prévention ne sont pas prises d'urgence, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit que, d'ici à 2030, y seront enregistrés entre 800000 et 1,6 million de nouveaux cas de cancer et entre 500 000 et 1,2 million de décès par an (soit 20 % de la charge de morbidité du continent). Un constat d'autant plus alarmant que ces estimations s'avouent sous-évaluées, faute de registres fiables qui répertorient l'ensemble des cas et des pathologies dans les différents pays...

Lire la suite : jeuneafrique.com

Développements récents pour les soins du cancer en Afrique

GAVIEn 2030, selon les prévisions du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), il y aura plus de 21 millions de nouveaux cas de cancer et 13 millions de décès chaque année. La majeure partie de ce fardeau sera portée par les pays en voie de développement – le Forum économique mondial estime que le cancer coûtera aux pays à faible ou moyen revenu 1,5 milliards de dollars américains sur les 14prochaines années.

Sur à peu près la même période, les décès par maladies infectieuses baisseront de près de 7 millions par an. Par ailleurs, l'OMS estime que les pays pauvres pourraient introduire un embrayage de stratégies de base pour lutter contre le cancer, les maladies cardiaques, le diabète et les maladies pulmonaires pour seulement 1,20 $ par personne et par an. Raison de plus, alors, pour une action immédiate, et plusieurs développements récents suggèrent que les perspectives pour l'Afrique en particulier pourraient être en train de s'améliorer.

Lire la suite: http://www.thelancet.com