Congrès mondial contre le cancer dans :
Toggle Bar

Pr N’dri-Yoman : «Le cancer tue plus que le sida, la tuberculose et le paludisme»

Confer Presse 1 Grand 2La Journée mondiale de lutte contre le cancer a été officiellement célébrée en Côte d'Ivoire le 18 février dernier au stade municipal de Bingerville. Cette 5e commémoration était placée sous le thème " Cancer et facteurs des risques communs aux maladies non transmissibles». Le ministre de la Santé et de la lutte contre le sida, Pr N'dri-Yoman, relevant les facteurs de risques qui sont le tabagisme, la sédentarité, l'usage nocif de l'alcool et la mauvaise alimentation qui doivent être éliminés de nos actes, a déclaré : «Au plan mondial, 80% des décès sont dus aux maladies chroniques non transmissibles telles que les affections cardio-vasculaires, les cancers, les maladies respiratoires. En Côte d'Ivoire, le cancer occupe la 2e place des taux de mortalité après les maladies cardio vasculaires. Et dans le monde, c'est la même situation. Nous devons tous nous engager à lutter contre cette terrible maladie, car le cancer touche toutes les couches sociales (...) Dans la vie, prévenir coûte moins cher que guérir». Mme Henriette Konan Bédié, présidente de l'Ong "Servir", marraine de cette cérémonie, a été représentée par Mme Henriette Dao Coulibaly. Le Pr Innocent Adoubi, coordonnateur du Programme national de lutte contre le cancer, a relevé que le cancer fait des ravages en Côte d'Ivoire. «Le cancer ne fait qu'augmenter. Aujourd'hui, nous considérons qu'il y a environ 16000 à 20000 nouveaux cas chaque année. Plus de 80% de nos malades qui contractent le cancer meurent dans les deux, trois ou quatre années qui suivent le diagnostic. C'est un constat qui nous interpelle tous. Les dernières statistiques montrent que le cancer tue plus que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis», a déploré le Pr Innocent Adoubi.

Lire l'article : stpci.net
 

Tunisie : Un plan cancer en stand by

tunisie planQu'est –il advenu de notre plan national cancer ? Il reste en stand by. Préparé depuis de longues années, il devait être lancé en 2010 mais voilà que, comme un parasite, l'association Saida, est venu s'y greffer pour l'étouffer complètement. Depuis, même après la dislocation de ladite association, la stratégie de lutte contre le cancer a sérieusement besoin d'être boostée.

A cette maladie dont la mortalité est très élevée, aux lourdes conséquences économiques, psychologiques, médicales, le ministère de la santé ne peut se permettre d'attendre encore. Depuis 40 ans, il n'y a eu que très peu de progrès concernant l'évolution de la maladie en Tunisie. On continue toujours à découvrir le cancer à un stade très avancé.

Dans tous les pays avancés, des registres sont mis en place pour signaler tout cancer et servir de bases de données pour établir des politiques de prévention. En Tunisie ces derniers n'ont vu le jour que ces dernières années, dans la région du Nord (pour tous les gouvernorats du nord), dans celle du centre et dans celle du Sud. Il n'y a que le registre du Nord qui est correctement tenu, à jour, mais heureusement, nous disent les experts, il n'y a pas de grandes variabilités régionales donc on peut ramener les données fournies par le registre du Nord à l'ensemble de la population tunisienne. La fiabilité de ces registres n'est pas parfaite, elle peut être améliorée, mais elle permet d'avancer et de décrire l'état des lieues du cancer en Tunisie. Avant ces registres on ne voyait que la partie visible de l'iceberg.

Lire la suite : www.medicalnews.com

Rallye Aïcha des Gazelles

rallye aichaLe Rallye Aïcha des Gazelles est une aventure internationale et humaine unique en son genre.

C'est le seul Rallye Raid 100% féminin. Depuis 1990, il rassemble des femmes de 18 à 65 ans et de 33 nationalités différentes dans le désert Marocain.

Le Rallye Aïcha des Gazelles développe une autre vision de la compétition automobile : pas de vitesse et pas de GPS mais une navigation à l'ancienne, uniquement en hors piste.

Sans autre sélection que leur détermination, quels que soient leur âge ou leur milieu, leur nationalité ou leur expérience, les participantes de ce Rallye viennent vivre aux commandes d'un 4x4, d'un Crossover, d'un Quad, d'un camion, d'une moto, une compétition sans vitesse dans le respect des populations locales et de l'environnement.

Toutes les participantes du Rallye, que l'on appelle « des Gazelles », qu'elles soient amatrices ou professionnelles ressortent avec une marque inoubliable : celle du dépassement de soi et de la rencontre avec elle même, loin d'un quotidien féminin parfois difficile, mais aussi celle du partage et de l'entraide avec sa partenaire et avec les autres « Gazelles »...

Lire la suite : Rallye Aïcha des Gazelles

Dépistage Cancer: Pour un diagniostic précoce

L'Organisation mondiale de la santé préconise un diagniostic précoce dans la lutte contre le cancer - A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le cancer, célébrée chaque année le 4 février, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) rappelle que le dépistage précoce est essentiel pour prévenir cette maladie qui est à l'origine de près de 13 pc de la mortalité mondiale.

Dans un communiqué publié ce samedi, l'OMS souligne aussi l'importance des programmes de dépistage pour les personnes en bonne santé afin de détecter rapidement la maladie pour un traitement précoce.

L'organisation rappelle à la communauté internationale que 'le cancer est responsable de près de 13 pour cent des décès dans le monde, soit 7,6 millions de personnes en 2008'.

Le thème de cette année 'Ensemble, c'est possible' mobilise l'OMS et son partenaire, le Centre international de recherche sur le cancer (IARC), qui mettent l'accent sur le dépistage et la vaccination....

Lire la suite : www.afriquejet.com

Mali : Centre de radiothérapie, un pas important dans la lutte contre le cancer

artonLa future unité médicale qui sera logée à l'Hôpital du Mali permettra de réduire les évacuations sanitaires dues à cette maladie.

Les évacuations des malades du cancer pour des séances de radiothérapie coûtent de plus en plus cher à notre pays. Pour inverser cette tendance, les pouvoirs publics ont initié un programme de radiothérapie. La première pierre du service d'hémato-oncologie du centre hospitalo-universitaire (CHU) du Point G et du nouveau centre de radiothérapie a été posée vendredi à l'Hôpital du Mali à Missabougou, par le président de la République, Amadou Toumani Touré. La cérémonie de la pose de la pierre de cette nouvelle unité s'est déroulée en présence de membres du gouvernement dont le ministre de la Santé, Badara Aliou Macalou, de présidents d'institutions de la République, et bien d'autres personnalités. Le nouveau centre de radiothérapie sera le troisième en Afrique et le premier dans la région ouest-africaine. Il sera bâti sur 700 mètres carrés et coûtera 5 millions d'euros soit un peu plus de 3,2 milliards de Fcfa. Il est financé par la coopération autrichienne et sera construit dans un délai de 18 mois (pour les travaux de génie civil et l'équipement). Le centre aura une capacité d'accueil de 700 malades par an et soulagera à coup sûr notre pays des dépenses liées aux évacuations sanitaires vers l'Europe et d'autres pays du continent pour des besoins de radiothérapie. La création du futur centre de radiothérapie procède de la détermination des pouvoirs publics à combattre le cancer. Cette pathologie représente de plus en plus un véritable problème de santé publique dans notre pays. Selon les statistiques fournies par le ministère de la Santé, ce sont les femmes qui sont les plus touchées par la maladie : 133 pour 100 000 habitants contre 102 pour les hommes. Le taux de mortalité standardisé pour 100 000 habitants est de 34,6 chez les femmes et 37,9 pour les hommes. Par ailleurs, le constat a été établi que dans notre pays, l'âge moyen des cancéreux était de 48 ans. A l'échelle du monde, les statistiques font état de 10,1 millions de nouveaux cas de cancer dont 6,2 millions de décès...

Lire la suite : www.essor.ml