Tanzanie: Ils les chassent de leur terre!

3096 MAASAI img1 1 460x230À tout moment, une grosse entreprise spécialisée dans les chasses commerciales pourrait signer le contrat qui chassera de leurs terres ancestrales jusqu’à 48 000 membres de la fameuse ethnie Masaï, afin de permettre à de riches émirs du Moyen-Orient de chasser lions et léopards. Les observateurs nous disent que le président de Tanzanie pourrait donner son accord d’un moment à l’autre, mais si nous nous mobilisons maintenant, nous pouvons stopper la vente de la plaine du Serengeti.

La dernière fois que cette même entreprise a contraint des Masaï à quitter leurs terres pour le plaisir de riches chasseurs, plusieurs personnes ont été battues par la police, des maisons ont été réduites en cendres et des troupeaux sont morts de faim. Mais suite à la controverse médiatique, le président Kikwete avait annulé le contrat et rendu leurs terres aux Masaï. Cette fois, la presse n’est pas encore au rendez-vous mais nous pouvons changer le cours des choses et amener Kikwete à annuler ce contrat si nous unissons nos forces et nos voix.

Si nous sommes 150 000 à signer, nous envahirons les médias en Tanzanie et dans le monde entier, de sorte que le président Kikwete comprenne qu’il doit mettre un terme à ce contrat meurtrier. Signez la pétition et envoyez-la à vos contacts:

http://www.avaaz.org/fr/sauvons_la_terre_des_masai/?bySOKab&

Les Masaï sont des chasseurs semi-nomades qui vivent en Tanzanie et au Kenya depuis des siècles, jouant un rôle essentiel dans la préservation des écosystèmes fragiles. Mais pour les familles royales des Émirats Arabes Unis, ils sont juste un obstacle à l’établissement de concessions pour leurs luxueuses chasses aux animaux sauvages. Un contrat visant à évincer les Masaï de leurs terres pour faire de la place aux riches chasseurs aura de graves conséquences tant pour la nature que pour les communautés qu’il détruirait. Alors qu'auprès des élites favorisées le président Kikwete tente de présenter l'accord comme bon pour le développement, la grande majorité des gens veulent juste garder la terre que le président pourrait saisir un simple par décret.

Le président Kikwete sait que ce contrat susciterait la controverse auprès des touristes prêts à visiter la Tanzanie -- le tourisme y est une source importante de revenus -- et c’est pour cette raison qu’il essaie de détourner l’attention du grand public. En 2009, un accaparement de terres similaire, par la même entreprise, avait provoqué un tollé médiatique qui avait permis de le stopper. Si nous pouvons générer le même niveau de pression médiatique, alors ce contrat pourrait lui aussi être annulé.

Une pétition signée par des milliers d’entre nous peut attirer l’attention des antennes des grands médias internationaux en Afrique de l’Est et en Tanzanie et ainsi compromettre cet accord controversé. Signez la pétition pour appeler Kikwete à enterrer cet accord:

http://www.avaaz.org/fr/sauvons_la_terre_des_masai/?bySOKab&

Les représentants de la communauté Masaï ont demandé à Avaaz de tirer la sonnette d’alarme au niveau mondial pour sauver leurs terres. À chaque fois, la réponse de notre extraordinaire communauté a pu transformer des causes perdues en succès durables. À nous de protéger les Masaï et de sauver ces animaux sauvages que l’on préfère voir en photos qu’en trophées!

Avec espoir et détermination,

Sam, Meredith, Luis, Aldine, Diego, Ricken et toute l’équipe d’Avaaz


Pour plus d’informations:

Des Maasai expulsés et incarcérés pour faire place à des concessions de chasse (Survival France)
http://www.survivalfrance.org/actu/4887

Chassés de leurs terres, les Masaï sont menacés (Rue89)
http://www.rue89.com/2010/06/27/chasses-de-leurs-terres-les-masai-sont-menaces-156143

La culture Masaï en péril, vous ne partirez plus en safari (Courrier International)
http://www.courrierinternational.com/article/2010/02/11/vous-ne-partirez-plus-en-safari

Voices of Loliondo: court-métrage tourné à Loliondo sur l'impact de l'expulsion des Masai (en anglais)
http://vimeo.com/35311385

Rapport annuel 2011 de l'UICC

UICC Annual report 2011 Cov

L'UICC a publié son Rapport Annuel 2011. Ce rapport relate les moments clés et les activités de l'année, parmi lesquelles l'impressionante campagne pour la Journée Mondiale contre le cancer, les nouveaux adhérents, les avancées du plaidoyer dans la lutte contre le cancer, notamment la Déclaration des Nations Unies sur les Maladies Non-Transmissibles, la campagne de récolte de fonds "Together we are stronger", les cinq cent mille signatures de la Déclaration Mondiale et les jalons posés par tous les programmes de l'UICC.

Télécharger le Rapport Annuel 2011

L’ALIAM se rapproche de son homologue hispanophone ALICC

ALICC 4 BDL'Alliance des Ligues Africaines et méditerranéennes contre le cancer (ALIAM) et la Ligue française contre le cancer, représentées par leur bénévole actif Ramiro PORRAS, ont pu analyser le modèle de l’ALIAM et ses actions lors de l’Assemblée Générale de l'Alianza Iberoamericana contra el cancer (Alliance Ibéro-américaine contre le cancer, ALICC) le 28 juillet 2012 à Carthagène (Colombie).
 

La présentation a été suivie d’un débat qui a suscité l’intérêt de l’assistance. Pendant les échanges nourris, les ONG membres, issues d'une quinzaine de pays hispanophones, ont salué cette première initiative de rapprochement entre les deux alliances pour un combat commun contre le cancer.

ALICC 1 BD

La présentation de l’ALIAM à été bien appréciée et discutée. Après délibération, les membres de l'ALICC ont manifesté leur souhait d'initier une collaboration approfondie et pérenne avec l’ALIAM, à travers la Liga colombiana contra el cancer, toujours grâce à l'engagement bénévole et volontaire de M. Porras.

Etats-Unis: Dr Benjamin O. ANDERSON

Elections-UICC Benjamin-Anderson


BIOGRAPHY

Benjamin O. Anderson, MD is a Professor of Surgery and Global Health-Medicine at the University of Washington School of Medicine in Seattle, Joint Member in Public Health Sciences at the Fred Hutchinson Cancer Research Center (FHCRC) and Director of the Breast Health Clinic at the Seattle Cancer Care Alliance (SCCA). Dr Anderson trained in surgical oncology as an American Cancer Society Clinical Oncology Fellow at the Memorial Sloan-Kettering Cancer Center in New York. Dr Anderson serves as Chair and Director of the Breast Health Global Initiative (BHGI) to address breast healthcare guideline development and implementation in low- and middle-income countries.

MOTIVATION FOR JOINING THE UICC BOARD OF DIRECTORS

As the UICC representative for the Fred Hutchinson Cancer Research Center since 2003, I understand that UICC is the single most important non-governmental international cancer organisation around the globe. UICC speaks to the world about cancer to highlight the needs of low- and middle-income countries (LMCs). As a member of the UICC Board of Directors, I will focus on three areas for global cancer care: EDUCATION: Improved cancer outcomes require that the public understands the importance of cancer prevention and early detection and that these awareness efforts be linked to functional healthcare delivery systems. UICC provides exceptional training experiences through the international cancer fellowships to train physicians and scientists in LMCs. I pledge to support UICC in its global cancer awareness and education efforts. SCIENTIFIC GUIDANCE: Resource-appropriate guidelines are needed to address cancer early detection, diagnosis and treatment in LMCs. My experience in the Breast Health Global Initiative (BHGI) provides a relevant framework for working with others to design realistic systems that can be implemented in the settings of limited resources. I promise to assist UICC in developing scientificallyrealistic healthcare approaches for LMCs to address cancer. ORGANISATIONAL COLLABORATION: Collaboration of international cancer organisations and other NGOs is of critical importance, particularly today when the UN and WHO have identified the management of non-communicable diseases as a toppriority. I offer my experience on national and international boards and organisations as a basis for working with other individuals and groups to improve global cancer outcomes around the world.

Arabie Saoudite: Dr Samia AL-AMOUDI

Elections-UICC Samia-Al-Amoudi


BIOGRAPHY

Dr Samia Al-Amoudi is founder and CEO of the Sheikh Mohammed H. Al-Amoudi Centre of Excellence in Breast Cancer. Dr Al-Amoudi is also Associate Professor at the King Abdulaziz University and Consultant Obstetrician Gynecologist. She is Chairwoman of Women's Health Empowerment (Women's Health Rights) at King Abdulaziz University Saudi Arabia. She is a member of the Breast Health Global Initiative steering committee, a GE Ambassador for the Cause and a Komen Global Advocate.

In April 2006 Dr Al-Amoudi was diagnosed with breast cancer. In March 2007, the US Department of State awarded her the first International omen of Courage Award in recognition of her sharing her personal battle with breast cancer to raise awareness across the Kingdom and throughout the Middle East.

MOTIVATION FOR JOINING THE UICC BOARD OF DIRECTORS

I believe I could support UICC in its efforts towards the global health commitment through my personal and professional experiences. Being a breast cancer survivor, a physician and an advocate from a region where breast cancer is a burden gives me an understanding of the culture and the psychosocial barriers people encounter when fighting cancer in a region where challenges are numerous. I believe in UICCs approach: Together we are stronger.I have worked with the US-Middle East Partnership Programme and with the Breast Health Global Initiative. I am an activist who advocates throughout the Middle East for a better tomorrow for my daughter and every daughter in the world.I think I could make a difference working in UICC advocacy for early detection and screening for breast cancer and to empower women in the region in their health rights particularly breast cancer patients’ rights. Through my work in the media as a writer for the local newspaper and my TV programme I could help in advocating for UICC objectives in uniting global efforts and improving women’s health and quality of life.